Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

10 avril 2023 - 19h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la coalition gouvernementale, l’Istiqlal de porter un regard critique sur ces réformes.

L’Istiqlal donne le ton dans un communiqué. Il s’est exprimé sur la méthodologie à suivre pour réformer les textes encadrant les libertés individuelles. Le parti appelle au respect de la charte de la majorité et à une solidarité entre les partis de la coalition gouvernementale, particulièrement au niveau du Parlement. Aussi, appelle-t-il le ministre de la Justice (PAM) à « la sagesse et à la prépondérance de l’opinion conformément aux constantes fédératrices de la nation, concernant les réformes qui accompagnent les transformations sociétales liées à l’exercice des libertés, des droits et des éléments de citoyenneté stipulés dans la Constitution, en faisant le choix d’un dialogue responsable et d’une concertation sereine et constructive, dans l’intérêt de la cohésion nationale et de la coexistence au sein de la société. »

À lire : Libertés individuelles : un collectif d’intellectuels marocains prône une réforme profonde


Dans le viseur de l’Istiqlal, les réformes en lien avec les relations sexuelles consenties entre adultes, l’héritage ou encore les tutelles légales dans les cas de divorces. Surtout les amendements pouvant intervenir au niveau des lois régissant la famille, précise au quotidien arabophone Assabah, l’un des leaders du parti. À l’en croire, le combat des Istiqlaliens consiste à défendre le respect de la Constitution, tout en opérant des réformes constructives qui ne remettent pas en cause les constantes de la nation.

Sujets associés : Istiqlal - Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Aller plus loin

Les Marocains très divisés sur les relations hors mariage

Un Marocain sur deux estime que les relations sexuelles hors mariage relèvent des libertés individuelles, selon une étude qui vient d’être publiée.

Mustapha Ramid s’exprime sur les libertés individuelles

Le projet de loi d’amendement du code pénal au Parlement continue de faire des vagues. Alors que bon nombre de dirigeants de partis politiques réunis à Salé, samedi dernier,...

Libertés individuelles : un collectif d’intellectuels marocains prône une réforme profonde

Huit personnalités ayant occupé des postes importants au Maroc viennent de publier un document, une sorte de manifeste qu’elles espèrent, aboutira sur un projet de loi sur la...

Libertés individuelles : les « Hors-la-loi » reviennent à la charge

Les « Hors-la-loi » comptent sur le nouveau parlement pour faire aboutir leurs propositions pour la défense des libertés individuelles. Le Collectif appelle les nouveaux...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.