Abou Hafs, de l’extrémisme à la promotion des valeurs de tolérance au Maroc

15 juillet 2023 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Mohamed Abdelouahab Rafiqui est, depuis le 7 juillet, conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi. L’ancien salafiste, devenu aujourd’hui un défenseur « des valeurs de tolérance et du juste milieu », explique les raisons pour lesquelles il milite pour une réforme du Code pénal et du Code de la famille (Moudawana).

Plus connu sous « Abou Hafs » dans les milieux salafistes, Mohamed Abdelouahab Rafiqui est favorable à la réforme des textes en cours qui accorde plus de libertés individuelles aux Marocains. Il a accepté « sans la moindre hésitation » de travailler avec le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, pour « participer à la mise en œuvre d’un certain projet de société qu’[il] défend depuis plus de dix ans, depuis plus précisément [sa] libération de prison suite à [sa] condamnation dans le cadre des attaques du 16 mai », explique-t-il dans un entretien à Maroc Hebdo.

À lire : Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

« J’essaie à mon modeste niveau de promouvoir des valeurs de tolérance et du juste milieu qui sont aux antipodes de ce que moi j’ai été, des idées mortifères qui elles-mêmes tranchent avec notre fondement civilisationnel marocain », ajoute-t-il, précisant être sur la même longueur d’ondes que le ministre Ouahbi sur les grandes lignes de la réforme. Concernant la dépénalisation des relations sexuelles hors mariage, Mohamed Abdelouahab Rafiqui estime que « l’État n’a tout simplement pas à se mêler de la vie privée des gens tant qu’ils ne font pas de mal à autrui. Et en l’espèce, il ne devrait normalement pas avoir le droit de s’introduire dans les chambres à coucher des citoyens ».

À lire : Réforme du Code de la famille : Abdelilah Benkirane attaque Abdellatif Ouahbi

Quant à la question de l’héritage dans la réforme du Code de la famille, le conseiller du ministre de la Justice dénonce « une interprétation humaine du Coran », soulignant que même si le Coran a établi une inégalité entre l’homme et la femme en matière d’héritage, des adaptations peuvent être faites « selon le temps et l’espace ». Revenant sur les propos d’Abdelilah Benkirane, le secrétaire général du parti islamiste, le Parti de la justice et du développement (PJD) qui, est farouchement contre cette réforme et craint un post-modernisme, l’ancien salafiste a rassuré que le ministre Ouahbi et lui restent conformes à la directive du roi Mohammed VI qui, dans son discours du trône, avait expliqué qu’on ne peut « autoriser ce que Dieu a prohibé et interdire ce qu’il a autorisé ».

À lire : Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

« Notre objectif premier, c’est d’adapter les textes en vigueur à la réalité de notre société, voilà tout, et de le faire dans ce que les constantes de notre pays permettent. Les jeunes d’aujourd’hui, qui ont des mœurs différentes de leurs aînés d’il y a 60-70 ans, au moment de l’indépendance, n’ont pas à subir ce qu’ils n’ont pas choisi. Ils ont au moins le droit de discuter de ce qu’ils veulent, et mon impression personnelle, et elle est là la raison de mon engagement, est qu’ils veulent autre chose. Écoutons-les donc », a-t-il conclu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Moudawana (Code de la famille) - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Abdelilah Benkirane - Abdellatif Ouahbi - Ministère de la Justice et des Libertés - Code pénal marocain - Mohamed Abdelouahab Rafiki (Abou Hafs)

Aller plus loin

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour...

Maroc : voici les principaux changements du nouveau code pénal

La première mouture du projet de Code de procédure pénale, en rédaction depuis des mois au ministère de la Justice, sera disponible en janvier prochain. D’importants changements...

Réforme du Code de la famille : Abdelilah Benkirane attaque Abdellatif Ouahbi

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, s’en est pris publiquement au ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, au sujet du débat en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Couples non mariés et hôtels au Maroc : vers la fin des abus ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, lance un avertissement aux hôtels qui exigent des documents non autorisés notamment un certificat de mariage des couples marocains.

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.