Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

16 avril 2023 - 16h20 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Bien que la Constitution marocaine de 2011 ait consacré le principe de l’égalité entre hommes et femmes, la réalité est tout autre en matière d’héritage. Le Parti Justice et développement (PJD) est le premier à s’opposer à ce projet de réforme. Fin février, le parti islamiste qualifiait ces revendications d’égalité de « développement périlleux », estimant qu’elles constituent une « menace pour la stabilité nationale » et pourraient « affaiblir l’un des piliers de la paix sociale et familiale ». Quelques jours après, un groupe de travail a publié « Libertés fondamentales », un recueil de propositions en faveur des libertés individuelles, notamment sur l’égalité entre hommes et femmes dans l’héritage, rapporte le journal belge Le Soir.

À lire : Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

« Malgré des lectures théologiques qui tendent vers une équité pleine dans l’héritage, la règle selon laquelle un homme perçoit le double de la part d’une femme dans la succession continue d’être considérée comme sacrée au Maroc », renseigne l’avocate Ghizlaine Mamouni. Mais la règle du ta’sib, un héritage par agnation (la parenté par les mâles) est la plus décriée. Selon cette règle prévue dans le Code de la famille, les plus proches parents (frères et cousins germains) d’un défunt qui n’a pas de fils, deviennent ses héritiers. « Le ta’sib ne tient pas sa source dans le Coran, mais dans certains courants spécifiques du fikh (jurisprudence, NDLR) islamique », poursuit l’avocate et présidente de l’association Kif Baba Kif Mama.

À lire : Code de la famille : près de 8 Marocains sur 10 pour une réforme basée sur le charia

Et d’ajouter : « Il se justifiait par le fait qu’à une certaine époque, seuls les hommes avaient des obligations et des responsabilités dans la prise en charge de la famille ». Mais la société a bien évolué. Selon le Haut-Commissariat au plan (HCP), 16,7 % des ménages étaient dirigés par des femmes en 2020. Le ta’sib est une règle « désuète » et « incompatible avec les nouvelles réalités sociales », tranche l’ancienne ministre Nouzha Skalli qui dénonce cette « injustice particulièrement flagrante ». Pour elle, cette disposition pénalise surtout les femmes, « et notamment les plus précaires » qui se retrouvent du jour au lendemain « chassées de leur maison ou privées de leurs biens au profit de personnes parfois qu’elles ne connaissent même pas ».

À lire : Réforme du Code de la famille : voici les modifications majeures attendues

Dans son discours du Trône prononcé fin juillet 2022, le roi Mohammed VI a ouvert la voie à une révision globale du Code pénal et du Code de la famille (Moudawana) déjà révisé en 2004, pour instaurer davantage d’égalité entre hommes et femmes. Mais au plan politique, le « manque de courage » sur cette question rend pessimiste Ghizlaine Mamouni, « Les partis politiques semblent attendre un arbitrage royal sur la moudawana, à travers la mise en place, comme en 2004, d’une commission royale. Mais attendre, c’est laisser encore plus longtemps des femmes et des enfants vivre dans des situations de précarité et d’injustice », déplore-t-elle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Moudawana (Code de la famille) - Femme marocaine

Aller plus loin

Polygamie, héritage, mariage des mineurs : Le combat des féministes marocaines

Des associations féministes marocaines se sont réunies ce jeudi pour réclamer l’interdiction du mariage des mineurs, de la polygamie et une révision du régime d’héritage dans le...

Révélations : un milliardaire français veut léguer sa fortune à un Marocain

Un proche de Nicolas Puech a fait des révélations fracassantes sur le souhait du milliardaire français de léguer sa fortune à son employé d’origine marocaine.

Code de la famille : près de 8 Marocains sur 10 pour une réforme basée sur le charia

À l’heure où la réforme du Code de la famille fait débat, un sondage réalisé par Afrobaromètre révèle que près de 8 Marocains sur 10 appellent à une réforme basée sur la loi...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Ces articles devraient vous intéresser :

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...