Le procès de l’historien Maâti Monjib à nouveau reporté

1er octobre 2021 - 16h30 - Maroc - Ecrit par : G.A

L’historien marocain et défenseur des droits humains Maâti Monjib, poursuivi pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État », a annoncé jeudi, que son procès en appel a été renvoyé. L’affaire dans laquelle l’accusé n’a cessé de clamer son innocence, mobilise des ONG tant au Maroc qu’à l’étranger.

« Le procès a été reporté immédiatement, car la cour n’a pas pu convoquer l’ensemble des accusés », a déclaré à l’AFP Maâti Monjib, en liberté provisoire. La nouvelle audience aura lieu le 2 décembre. Le procès a démarré en 2015 et ce n’est qu’en janvier dernier, après plusieurs renvois, que l’historien a été condamné à un an de prison ferme. Ses avocats et son comité de soutien ont critiqué la sentence et les conditions dans lesquelles elle a été rendue.

À lire : Attendu à l’Université de Tours, Maâti Monjib est en prison au Maroc

Monjib est accusé de malversations dans la gestion d’un centre qu’il avait créé pour promouvoir le journalisme d’investigation. La justice s’est saisie de l’affaire puisque les donateurs ayant financé les activités n’ont jamais porté plainte pour malversations et irrégularités.

L’historien n’est pas le seul condamné dans cette affaire. Il y a également six journalistes et militants des droits humains, condamnés en première instance à des peines allant de trois mois avec sursis à un an de prison ferme. Trois d’entre eux ont quitté le Maroc et obtenu l’asile politique en France et aux Pays-Bas.

À lire : Maati Monjib, inculpé pour blanchiments de capitaux

Même si Monjib arrive à sortir de cette affaire, il doit faire face à une enquête pour « blanchiment de capitaux ». Une autre affaire pour laquelle il avait été placé en détention pendant trois mois avant de bénéficier d’une liberté provisoire.

À lire : Condamnation de Maati Monjib : « un carnage judiciaire »

Dans un communiqué diffusé mercredi, l’organisation internationale Reporters sans frontières a exhorté « les autorités marocaines à mettre fin à l’acharnement judiciaire dont Maâti Monjib est victime depuis plusieurs années ». Son comité de soutien au Maroc a déclaré mercredi que les poursuites engagées contre l’historien sont « dénuées de fondement et portent gravement atteinte aux droits de citoyenneté, notamment le droit à la liberté d’expression, d’organisation et à la sécurité judiciaire ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Procès - Liberté d’expression - Maâti Monjib

Aller plus loin

La grève de la faim de Maati Monjib démentie

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a réagi suite aux allégations relayées, vendredi 5 mars 2021 sur les réseaux sociaux,...

Mâati Monjib entame une grève de la faim

Après le démenti formel de la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), le détenu Mâati Monjib veut entamer une grève de la faim....

Condamnation de Maati Monjib : « un carnage judiciaire »

La condamnation de l’historien marocain Maâti Monjib au Maroc a surpris. Plusieurs ONG internationales et marocaines dénoncent la défaillance de la justice marocaine et...

Attendu à l’Université de Tours, Maâti Monjib est en prison au Maroc

Maâti Monjib, professeur d’Histoire et militant des droits humains devrait être à l’Université de Tours cette année comme enseignant invité. Mais, depuis le 29 décembre dernier,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.