Empêché de voyager à l’étranger, Maâti Monjib en grève de la faim

13 octobre 2022 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le journaliste et historien franco-marocain Maâti Monjib entame une nouvelle grève de la faim. Par cet acte, le militant des droits humains entend protester contre son impossibilité de quitter le Maroc depuis deux ans.

Cette fois-ci, la grève de la faim sera de 48 heures pour Maati Monjib. L’historien âgé de 61 ans a renoué avec cette mesure extrême après avoir été refoulé par des agents à l’aéroport de Rabat-Salé, alors qu’il s’apprêtait à prendre un avion pour l’Espagne afin de participer à une manifestation culturelle.

À lire : Un an de prison ferme pour l’historien Maâti Monjib

Poursuivi depuis 2015 pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État », la dernière condamnation de Maâti Monjib a eu lieu en janvier 2021. L’historien avait été condamné à 12 mois de prison ferme et au paiement d’une amende de 10 000 dirhams par le tribunal de première instance de Rabat.

À lire : Maâti Monjib toujours en grève de la faim, RSF réclame sa « libération immédiate »

Il avait démarré en mars 2021 une grève de la faim au cours de laquelle son état de santé s’est nettement dégradé, suscitant une vague de soutien de la part d’organisations de défense des droits humains, notamment Amnesty international et Reporters sans frontières. Il sera libéré après une vingtaine de jours de grève de la faim.

À lire :Condamnation de Maati Monjib : « un carnage judiciaire »

En plus d’accusations pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État », « blanchiment de capitaux », Maâti Monjib est également suspecté de « malversations dans la gestion d’un centre qu’il avait créé pour promouvoir le journalisme d’investigation ». Des accusations qu’il a toujours rejetées, affirmant que ce sont des poursuites qui ont pour but de le sanctionner pour ses positions tranchées sur la répression des opposants au Maroc.

Sujets associés : Droits et Justice - Maâti Monjib - Grève de la faim

Aller plus loin

Maâti Monjib qualifie d’« illégale » sa suspension de l’université

L’historien marocain et défenseur des droits humains Maâti Monjib fait à nouveau l’objet d’une décision qu’il juge « illégale ». Pour lui et son comité de soutien, il s’agit...

Condamnation de Maati Monjib : « un carnage judiciaire »

La condamnation de l’historien marocain Maâti Monjib au Maroc a surpris. Plusieurs ONG internationales et marocaines dénoncent la défaillance de la justice marocaine et...

Le ministère de l’Intérieur dément « les allégations tendancieuses » de Maâti Monjib

Le ministère de l’Intérieur a démenti, mercredi 24 mars, « les déclarations irresponsables et les allégations tendancieuses » de Maâti Monjib, tendant à faire croire à l’opinion...

Un an de prison ferme pour l’historien Maâti Monjib

Le tribunal de première instance de Rabat a condamné, jeudi, l’historien et défenseur des droits de l’homme, Maâti Monjib, à 12 mois de prison ferme et 10 000 dirhams d’amende,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.