Attendu à l’Université de Tours, Maâti Monjib est en prison au Maroc

7 février 2021 - 14h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

Maâti Monjib, professeur d’Histoire et militant des droits humains devrait être à l’Université de Tours cette année comme enseignant invité. Mais, depuis le 29 décembre dernier, il est incarcéré au Maroc et condamné à un an de prison ferme, pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État ».

Le professeur d’Histoire a déjà travaillé au sein du laboratoire CITERES, à l’Université de Tours en 2019. Cette année, il était encore attendu pour travailler au sein d’EMAM, Équipe Monde arabe et Méditerranée, sur les mouvements sociaux au Maghreb. Mais contre toute attente, le 27 janvier dernier, Monjib a été condamné à un an de prison ferme pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État ». Informée de son arrestation, l’Université de Tours a décidé de voter une motion de soutien, rapporte France3.

Pour l’avocat Vincent Brengarth, du cabinet parisien Bourdon, « il est très difficile d’obtenir des informations précises sur ce dossier. Le jugement a été rendu sans qu’il soit présent, par contumace, alors qu’il était en prison depuis fin décembre… C’est à l’évidence un déni de justice ». L’ONG Amnesty International a d’ailleurs fait usage du terme de « prisonnier d’opinion », à propos de Maâti Monjib, et le comité de soutien a obtenu un grand nombre de signatures, informe la même source.

Pour la Vice-présidente de l’Université de Tours, en charge des Relations internationales et aussi spécialiste de Droit public et de Droits de l’Homme, Colombine Madelaine, « il s’agit clairement d’une instrumentalisation terrifiante. Ce qui se passe est terrible, le Maroc, en théorie, est soumis au Pacte international sur les Droits civils et politiques, le PIDCP. Tout le monde est choqué, c’est du jamais vu, une violation aussi grossière et patente des garanties de droit à un procès équitable ».

Toutefois, la double nationalité, française et marocaine de M. Monjib, devrait entraîner une intervention des autorités françaises dans cette affaire. Mais, déjà, William Bourdon et Vincent Brengarth, les avocats français de M. Monjib veulent bien saisir le Quai d’Orsay et promettent des actions dans les prochains jours. Ils réclament sa mise en liberté immédiate, puisqu’ils auraient été informés de la détérioration de l’état de santé du professeur.

Sujets associés : Droits et Justice - Procès - Prison - Maâti Monjib

Aller plus loin

Condamnation de Maati Monjib : « un carnage judiciaire »

La condamnation de l’historien marocain Maâti Monjib au Maroc a surpris. Plusieurs ONG internationales et marocaines dénoncent la défaillance de la justice marocaine et...

Empêché de voyager à l’étranger, Maâti Monjib en grève de la faim

Le journaliste et historien franco-marocain Maâti Monjib entame une nouvelle grève de la faim. Par cet acte, le militant des droits humains entend protester contre son...

Mâati Monjib entame une grève de la faim

Après le démenti formel de la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), le détenu Mâati Monjib veut entamer une grève de la faim....

Maâti Monjib : une plainte pour «  mise en danger de la vie d’autrui  »

William Bourdon et Vincent Brengarth, avocats de l’historien Maâti Monjib en prison depuis le 20 décembre 2020 ont déposé plainte avec constitution de partie civile près le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.