Maroc : le dossier de retraites des élus sur la table de la Cour constitutionnelle

22 février 2021 - 06h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Le Parti authenticité et modernité (PAM) souhaite que la Cour constitutionnelle invalide la proposition de loi votée en plénière de la Chambre des conseillers et liée à la liquidation des retraites des élus de la Chambre basse. Il a introduit cette semaine un réquisitoire comportant plusieurs motions, afin de rejeter cette proposition de loi qui vient taire des mois de polémique.

Le parti dirigé par Abdellatif Ouahdi pense que ce texte « n’a pas de base dans la Constitution », ni dans la « sphère organisationnelle ». « Ce qui rend cette loi inconstitutionnelle n’est pas en lien avec sa forme, mais plutôt son fond », a expliqué le PAM, soulignant que le système de retraite des parlementaires n’est pas géré par une loi organique de la Chambre, ni par une loi normale ou un décret. Le PAM relève également l’absence du gouvernement lors des discussions de cette proposition de loi et considère que cela « contrevient aux dispositions de la Constitution et de la loi organique relative à la Chambre des représentants ».

De plus, le texte « ne tient pas compte des principes constitutionnels établis dans l’organisation des fonds publics et du rôle de la Cour des comptes en la matière », a-t-il ajouté. Cependant, la démarche engagée par le PAM n’a pas reçu l’approbation de tous.

Dans ce sens, Ibtissame Azzaoui, ex-élue du PAM a indiqué sur sa page Facebook que la démarche du parti reste « incompréhensible ». « La proposition de loi a été votée à l’unanimité et dans les deux chambres, et s’il y avait des articles ou un contenu controversés, l’opposition devait être exprimée lors des réunions de commission et la situation serait réglée par refus ou abstention », s’est-elle désolée, soulignant être « convaincue » du contenu de la proposition visant à liquider ces retraites.

Pour rappel, l’examen de la proposition de loi visant la liquidation des retraites des conseillers a été reporté par la Commission des finances à la Chambre des représentants, après avoir été votée, la semaine dernière, à l’unanimité de la Chambre haute.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Abdellatif Ouahbi - Cour constitutionnelle - Plainte

Aller plus loin

Maroc : la Cour constitutionnelle acte la fin de la retraite des députés

Dans sa décision adressée au président de la Chambre des représentants, la Cour souligne « la conformité du texte de loi sur la liquidation du régime de retraite des députés...

Maroc : les ministres absentéistes au parlement dénoncés

Les députés sont en colère contre le gouvernement d’El Othmani. Qu’ils soient de l’opposition ou de la majorité, tous dénoncent l’absence répétée de certains ministres lors des...

Maroc : le PAM veut réduire le salaire des hauts fonctionnaires et ministres

Pour relancer l’économie après la crise du covid-19, le Parti authenticité et modernité (PAM) fait des propositions au gouvernement. Au nombre de celles-ci, figurent la...

Maroc : la loi sur la corruption divise les députés

Le projet de loi déposé par l’Instance nationale de la lutte contre la corruption ne fait pas l’unanimité au sein du Parlement. Les députés ne parviennent pas à accorder leurs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Qu’est ce qui explique l’augmentation des divorces au Maroc ?

Les cas de divorce se sont envolés ces deux dernières années au Maroc. Rien qu’en 2021, près de 27 000 divorces ont été enregistrés. Pour le ministre de la Justice, cela s’explique par une prise de conscience des couples sur la nécessité de mettre fin...

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Opération Marhaba 2023 : des billets moins chers pour les MRE ?

Considérant le coût élevé des billets de bateau, le groupe parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour faciliter l’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans le cadre de...

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.