Maroc : la région du Souss-Massa manque d’eau

9 novembre 2020 - 01h30 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

La région du Souss-Massa est secouée par une grave sécheresse qui, si rien n’est fait, risque de saper totalement l’agriculture pourtant considérée comme étant l’activité principale de cette partie du pays.

« Le déficit en eau de surface est de 94 %. Nous n’avons jamais observé pareille chose à l’échelle du bassin : c’est inquiétant ». Ainsi s’est exprimé Abdelhamid Aslikh, responsable à l’Agence des bassins hydrographiques pour la région. A Agadir, tout comme dans plusieurs autres communes de la région Souss-Massa, dont entre autres, Dchira, Inzegane, Ait Melloul, Drarga, Taghazout, le phénomène a atteint un seuil inquiétant.

Les agricultures qui sont les plus touchés, ne savent plus à quel saint se vouer. Confrontés au manque d’irrigation par les barrages, ils sont obligés d’attendre les pluies qui se font rares ou de puiser dans une nappe phréatique surexploitée depuis des années, constate La Croix. Face une situation aussi critique, les dégâts économiques ne se comptent plus. « Certains agriculteurs se retrouvent à arracher certaines variétés d’agrumes pour ne se concentrer que sur celle qui est le plus rentable », explique Lhoussaine Bouchaou, professeur à l’Université Ibn Zohr à Agadir et affilié à l’Institut International de Recherche en eau de l’Université Mohammed VI Polytechnique. « C’est le seul moyen pour eux de ne pas se retrouver sur la paille », appuie-t-il.

Première activité génératrice de revenus dans la région, avant même la pêche maritime et le tourisme, l’agriculture a permis à Agadir et sa région de s’imposer comme leader dans l’exportation d’agrumes et de primeurs au Maroc. L’intense activité agricole est la cause fondamentale de la sécheresse actuelle que connaît la région, d’après Lhoussaine Bouchaou. En effet, « 90 % de notre eau est consommée par l’agriculture. C’est dû à l’important export des fruits et légumes, notamment les agrumes, que vous retrouvez dans vos supermarchés », fait-il observer. Parmi les mesures expérimentées pour corriger ce déficit en eau, la région a décidé de réduire l’accès à l’eau de ses millions d’habitants. Ainsi, en coupant l’eau dans tous les foyers, de 22 heures à 5 heures du matin, la région a pu économiser 20 % de l’eau gaspillée la nuit. Cependant, il s’agit là d’une «  mesure de précaution qui ne saurait être prise pour une solution durable dans le temps. Il faut apporter une réponse concrète », insiste Lhoussaine Bouchaou.

Le phénomène de la sécheresse que connaît la région n’est pourtant pas inconnu du gouvernement qui depuis des années, multiplie les stratégies pour corriger la situation. C’est ainsi qu’en 2008 déjà, une grande mesure pour le secteur agricole dénommé «  le Plan Maroc Vert  », avait été lancé avec pour ambition d’améliorer les moyens de production et les revenus des petits agriculteurs, souligne le ministère de l’Agriculture, notant que cette stratégie « a permis l’économie de deux milliards de mètres cubes d’eau d’irrigation ». Cette année, le gouvernement a introduit le plan « Génération Green 2020-2030 » – accompagné du plan « Forêts du Maroc » – visant à investir davantage dans ce même secteur, en multipliant au passage la création d’emplois.

L’année prochaine, le gouvernement compte finir avec la sécheresse dans la région Souss-Massa, où le déficit annuel des ressources souterraines est estimé à 90 millions de m3. La solution envisagée par les autorités, est l’installation notamment à Agadir, d’une usine de dessalement de l’eau de mer. Selon les prévisions, ladite usine devrait «  combler le déficit en eau potable de la région et permettre d’irriguer de nouveau une partie des terres agricoles  », indique la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agadir - Eau

Aller plus loin

Les espaces verts de Rabat irrigués en eaux usées traitées

Le Maroc a décidé d’utiliser les eaux usées traitées pour irriguer les espaces verts, en raison de la rareté des pluies. La ville de Rabat a été choisie pour la phase...

Les agriculteurs marocains touchés par la sécheresse

L’agriculture marocaine fait face à la troisième année consécutive de sécheresse, avec une pluviométrie faible et des températures élevées. C’est une mauvaise nouvelle pour la...

Le Maroc prévoit la construction d’une cinquantaine de barrages

Les autorités marocaines réfléchissent à une alternative pour contourner le manque d’eau souvent généré par la sécheresse.

Sécheresse : le Maroc enregistre un sévère déficit pluviométrique, le sud lance un SOS

Confrontés au manque de pluie, à la raréfaction des ressources en eau aggravée par la surexploitation des nappes phréatiques, les agriculteurs et particuliers du Sud du Maroc se...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Maroc : du changement dans le paiement des factures d’eau et d’électricité

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch poursuit le chantier de modernisation des services publics. Le paiement des frais d’eau et d’électricité aura des nouveautés à partir du 1ᵉʳ janvier 2024.

Maroc 2030 : le chantier des infrastructures s’accélère

Le Maroc se prépare activement pour la Coupe du monde 2030 qu’il coorganise avec l’Espagne et le Portugal. Les autorités ont annoncé, au titre de l’année 2024, une augmentation de 42 % du volume des projets d’infrastructures pour un montant total de 64...

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce mardi

Face à la rareté des pluies, le roi Mohammed VI a une nouvelle fois ordonné l’accomplissement de prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines.