Maroc : le faux conseiller du cabinet royal condamné à 2 ans de prison ferme

22 juillet 2020 - 10h30 - Maroc - Ecrit par : I.L

Condamné en première instance à deux ans de prison ferme, un faux conseiller du cabinet d’un conseiller royal a vu cette peine confirmée, lundi, par la Cour d’appel de Casablanca. Il lui est reproché son implication dans l’affaire de trafic d’influence et d’usurpation de fonction.

Les victimes du mis en cause sont nombreuses, selon les documents publiés sur le compte Facebook du site Adare. Le premier de cette longue liste est le milliardaire saoudien Mohamed Cheikh Al Amoudi, l’ancien patron de la raffinerie de pétrole “la SAMIR”. Le prévenu a bénéficié de cette somme en échange d’un service qu’il n’a même pas rendu. Il aurait également aidé plusieurs personnalités à accéder aux aéroports marocains sans que leurs bagages ne soient contrôlés.

Selon la même source, le faussaire a pu reporter des appels d’offres publics de la Banque populaire et obtenir aussi des cadeaux de cet établissement bancaire dirigé à l’époque par Mohamed Benchaâboun, l’actuel ministre des Finances. Il promettait par ailleurs à d’autres personnalités d’intervenir pour faciliter leur nomination à de grandes responsabilités.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Criminalité

Aller plus loin

Safi : un conseiller communal arrêté pour corruption

Les éléments de la gendarmerie de Sebt Gzoula dans la commune de Safi ont arrêté un conseiller communal accusé de chantage et de corruption dans l’exercice de ses fonctions.

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.