Production des composants de voiture électrique : une opportunité pour le Maroc

13 juin 2021 - 08h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Dans quelques années, les véhicules électriques envahiront le marché international. Cela présage d’une opportunité pour le Maroc qui pourrait s’investir dans la production des batteries.

Le Maroc dispose déjà du Colbat, de la fluorine ou du phosphate, indispensables pour la confection des batteries. Ainsi, le royaume pourrait tirer assez de profits dans cette compétition industrielle en ce qui concerne la confection des batteries électriques. De plus, « le Royaume peut se fournir auprès des pays membres de la ZLECAF en lithium, ou en bauxite et exporter les batteries finies à destination de l’Europe, le tout sans barrière douanière ou tarifaire », a indiqué Anas Abdoun soulignant qu’ « en plus d’être au centre de la chaîne d’approvisionnement du fait de ses accords commerciaux, le Maroc est au centre géographique lui assurant ainsi un coût d’importation des matières premières et d’exportation très faible vers les marchés », rapporte Challenge.

Par ailleurs, « la construction d’une telle entreprise nationale de production de batterie peut faire la différence, en ce qu’elle crée un précédent industriel dans le domaine et donne la garantie de savoir-faire aux grands constructeurs qui, pour beaucoup d’entre eux, ignorent les mutations techniques économiques qui se passent en Afrique ». Ainsi, le ministère de l’Industrie peut piloter et créer une usine marocaine de production de batteries, a-t-il ajouté, précisant qu’ « un tel projet industriel couplé au Green Energy parc, qui est lui-même le résultat de la synergie entre l’OCP, l’IRESEN et l’Université Mohammed 6 Polytechnique, permet la formation de techniciens et d’Ingénieurs capables de maîtriser les rouages des évolutions technologiques constantes autour des batteries ».

De plus, avec tous les atouts dont il dispose, le pays pourra confectionner plusieurs composants de véhicule électrique pour le futur. Cependant, « le principal problème du Maroc dans cette compétition mondiale à la production, réside dans son capital immatériel », a fait observer Abdoun. « Malgré la présence de ressources minières, d’infrastructures portuaires modernes, de la proximité géographique du marché européen et d’un coût du travail faible, les constructeurs n’ont pas de garantie quant à la qualité de notre main-d’œuvre, spécialement sur des productions hautement technologiques comme les batteries électriques », se préoccupe-t-il, souhaitant le financement du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, car ce projet a des chances de rapporter gros au Maroc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Automobile - Hi Tech - Environnement - Développement - Office Chérifien des phosphates (OCP) - Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies

Aller plus loin

Maroc : le marché des voitures électriques peine à décoller

Pendant que les Européens affluent vers les voitures électriques et hybrides, c’est tout le contraire au Maroc. Jusqu’à présent, l’engouement des Marocains pour les voitures...

Maroc : nouvelle mine de manganèse pour la fabrication de batteries

La société canadienne Elcora veut débuter les opérations d’exploitation minière de manganèse au Maroc avec Gold Lion Resources. Elle a annoncé cette semaine avoir signé un...

Le Maroc s’engage dans la production de voitures électriques

Au-delà des mesures déjà en vigueur en faveur des constructeurs, le gouvernement marocain veut déployer de gros moyens. En effet, le pays s’est fixé un nouvel objectif dans...

Kostal délaisse Barcelone pour le Maroc

Le fabricant de composants pour véhicules électriques, Kostal, prévoit de poursuivre le transfert de production de son usine située dans la province de Barcelone vers l’usine du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

Maroc : croissance économique malgré l’inflation persistante

Le taux d’inflation au Maroc va poursuivre sa tendance à la baisse, mais ne retrouvera pas son niveau d’avant 2022, a indiqué le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport, notant une croissance de +3,3 % au quatrième trimestre de 2023,...

Aéronautique : le Maroc décolle et concurrence les géants européens

À l’heure où les constructeurs aéronautiques de l’Europe peinent à répondre à la demande, le Maroc travaille à devenir une plaque tournante de l’aérospatiale.

Maroc : Une année record pour l’industrie automobile

L’année 2023 a été exceptionnelle pour l’industrie automobile au Maroc, affichant une hausse des ventes de 30,5 % et atteignant 116,38 milliards de dirhams à fin octobre.

Le Maroc accélère la transition vers la mobilité électrique

L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME), regroupant les principaux acteurs du secteur, ambitionne d’installer 2 500 bornes de recharge fonctionnelles pour les véhicules électriques sur l’ensemble du territoire...

Voitures électriques au Maroc : 2 500 nouvelles bornes à horizon 2026

Le Maroc s’active pour devenir un marché de vente attractif pour les véhicules électriques. L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME) composée d’entreprises des secteurs de l’électricité et de l’automobile mettra...

Maroc : voici les plages qu’il faut éviter cette année

Alors que les 24 plages propres (Pavillon bleu) au Maroc ont été révélées cette semaine, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable vient de publier la liste des plages où il n’est pas recommandé de se baigner cette année.

La Reborn Renault 4 s’inspire du 4L Trophy marocain

La Reborn Renault 4, qui sera dévoilée au Mondial de l’Automobile de Paris prévu la semaine prochaine, a trouvé son inspiration au Maroc.

Le Maroc veut produire un million de voitures par an

Un million de voitures produites par an au Maroc. C’est l’objectif du ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, d’ici 2030.

Blachiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise (GAFI)

Après évaluation des dispositifs mis en place par le Maroc pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le groupe d’action financière (GAFI) a décidé de sortir le royaume de la liste grise.