Maroc : un youtubeur en prison pour diffamation

15 janvier 2021 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : I.L

Le propriétaire de la chaîne Youtube « Bila Houdoud » a été placé en détention préventive dans une affaire de diffamation. Son procès est prévu le 2 février prochain.

Diffamation, calomnie, humiliation de corps constitués et publication de photos de personnes sans leur consentement, sont les charges retenues contre le youtubeur M.A. Après sa garde à vue, il a été déféré devant le Parquet compétent avant que le juge d’instruction ne prononce sa mise en détention préventive.

En août dernier, le club des magistrats avait dénoncé des contenus de vidéos publiés par la chaîne du mis en cause pour « nuire à la réputation de certains magistrats et les empêcher d’accomplir leur devoir ».

Dans un communiqué, ils avaient condamné ces pratiques et avaient appelé « à l’application ferme de la loi à l’encontre des responsables de cette chaîne qui sont au service de certains agendas… ». Selon les magistrats, ces personnes « ne cherchent que le buzz à travers un contenu diffamatoire et pensent que le fait de masquer leurs identités leur permettra d’éviter des poursuites ».

Sujets associés : Youtube - Arrestation

Aller plus loin

Des messages sur Facebook les envoient en prison

Deux individus dont un influent homme d’affaires ont été placés en détention suite à une affaire de diffamation de personnalités publiques via les réseaux sociaux à Tétouan.

Maroc : un Youtubeur interpellé pour injures graves

Un jeune homme a été interpellé à Settat pour avoir insulté les Marocains et les institutions du Royaume dans une vidéo diffusée sur YouTube.

Maroc : ces anciens détenus qui cartonnent sur YouTube

Au Maroc, une vingtaine d’anciens prisonniers se sont découverts une passion pour l’audiovisuel et collectionnent les abonnés et les vues à chaque vidéo publiée. Ils y racontent...

Allal Al Qadous condamné pour diffamation envers le prince Moulay Rachid

La justice marocaine a condamné Mustapha Semlali alias « Allal Al Qadous » à deux ans de prison ferme et 5000 DH d’amende pour avoir diffamé le prince Moulay Rachid.

Ces articles devraient vous intéresser :

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.