Maroc : prison ferme pour les administrateurs d’une chaîne YouTube

30 avril 2021 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : J.D

Deux personnes dont le propriétaire et responsable de la chaîne « bila houdoud », ont été condamnés à la prison ferme et au paiement de dommages et intérêts pour diffamation et outrage à magistrat, calomnie, insulte. Le jugement a été prononcé jeudi au terme de leur comparution devant le tribunal correctionnel d’Ain Sebaa à Casablanca.

Le propriétaire de la chaîne « bila houdoud » s’est vu condamner à 18 mois de prison ferme. Son coaccusé dans la même affaire, a écopé quant à lui, d’une année de prison ferme. Le tribunal a également condamné les deux accusés à verser collégialement une somme totale de 680 000 aux plaignants en termes de dommages-intérêts à raison de 400 000 dirhams au bâtonnier Abdellatif Bouachrine, 100 000 dirhams au plaignant Mohamed Harouak et 180 000 à la plaignante Samira Daoudi. Le tribunal a également ordonné la saisie de tout le matériel et la fermeture de la chaîne qui diffuse les vidéos sur Youtube. Les condamnés devront également assurer la publication du verdict dans un journal papier et un autre en ligne, fait savoir le site Hespress.

Tout est parti d’une levée de bouclier en août dernier du club des magistrats du Maroc, qui fustigeait le contenu de vidéos publiées par la chaîne « bila houdoud » pour, juge-t-il, « … nuire à la réputation de certains magistrats et les empêcher d’accomplir leur devoir ». Le club des magistrats avait qualifié ces pratiques de «  criminelles, passibles de sanctions et n’ayant aucun lien avec le journalisme professionnel et responsable ». Les magistrats ont ainsi décidé de prendre leurs responsabilités afin que cessent ces actes qui ont pour but de les terroriser et de les empêcher d’exercer pleinement et en toute liberté leurs fonctions constitutionnelles et garantir la primauté de la loi.

Le club invitait le juge à avoir la main bien lourde à l’encontre des responsables de la chaîne qui ne visent que le buzz à travers des contenues diffamatoires.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Prison - Youtube

Aller plus loin

Des messages sur Facebook les envoient en prison

Deux individus dont un influent homme d’affaires ont été placés en détention suite à une affaire de diffamation de personnalités publiques via les réseaux sociaux à Tétouan.

Maroc : accusé de détournement de dons, un youtubeur en prison

Connu pour ses vidéos humanitaires, le youtubeur Youssef Zerouali a été interpellé par la police. Il lui est reproché le détournement des dons et fonds collectés pour les...

Maroc : ces anciens détenus qui cartonnent sur YouTube

Au Maroc, une vingtaine d’anciens prisonniers se sont découverts une passion pour l’audiovisuel et collectionnent les abonnés et les vues à chaque vidéo publiée. Ils y racontent...

Maroc : un youtubeur en prison pour diffamation

Le propriétaire de la chaîne Youtube « Bila Houdoud » a été placé en détention préventive dans une affaire de diffamation. Son procès est prévu le 2 février prochain.

Ces articles devraient vous intéresser :

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.