Un jeune Marocain, homosexuel, obtient l’asile politique aux Îles Canaries

9 mars 2021 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : P. A

Un Marocain âgé de 32 ans, homosexuel, a obtenu l’asile politique aux Îles Canaries. Il avait fui le royaume à cause de la pression de sa famille qui, ignorant son homosexualité, le poussait à se marier.

Ashim (nom d’emprunt) est un jeune Marocain de 32 ans à qui, il a été accordé l’asile politique pour son orientation sexuelle. Il est arrivé à Gran Canaria le 31 décembre sur un bateau, fuyant la pression de sa famille qui voulait le voir marié. Or, Ashim est gay et a caché son homosexualité à sa famille parce qu’au Maroc, les relations entre deux personnes du même sexe sont passibles d’une peine allant de six mois à trois ans de prison (article 489 du Code pénal marocain).

Ashim a grandi dans une famille modeste. Il était conscient de son orientation sexuelle depuis son jeune âge, mais ne l’a jamais révélé à personne. À l’âge de 19 ans, quand il est allé à l’université de Marrakech pour étudier la philosophie, il pensait pouvoir vivre sa vie d’homosexuel en secret. Mais à ses 30 ans, sa famille a commencé à lui mettre la pression pour qu’il se marie. Pour échapper à cette pression, il a décidé de quitter le Maroc pour, dit-il à sa famille, construire un avenir meilleur, rapporte 20minutos.es.

À son arrivée aux Îles Canaries, il a créé un profil sur les réseaux sociaux. C’est là qu’il rencontre Vincent, un ami. Ce dernier l’accueille chez lui, et après avoir écouté son histoire, lui a conseillé de demander l’asile politique qu’il finit par obtenir. Avec ce statut, il pourra travailler dans des hôtels ou en tant que traducteur migrant, s’il apprend l’espagnol. Ashim a informé sa famille qu’il a obtenu un asile politique pour son militantisme dans le séparatisme berbère, et non pour son homosexualité. Il ne compte pas révéler son homosexualité à sa famille pour ne pas lui causer du tort. De même, il n’envisage pas de retourner vivre au Maroc, car il craint d’être emprisonné.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Iles Canaries - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

L’émouvant témoignage d’un Marocain homosexuel qui a vécu « l’enfer » depuis l’âge de 10 ans

Nabil (nom d’emprunt) est un Marocain de 42 ans qui dit avoir été violé par un oncle à l’âge de 10 ans, renié par sa famille, persécuté et emprisonné plus tard au Maroc pour son...

Le Portugal ne veut plus accorder l’asile aux migrants clandestins marocains

Le Portugal n’est plus disposé à accorder l’asile aux migrants clandestins marocains. Il l’a fait savoir en rejetant la demande d’asile d’un groupe de huit migrants arrivés fin...

Des Marocains parmi les demandeurs d’asile au Luxembourg

14 demandes de protection internationale ont été introduites par les Marocains depuis janvier 2020 au Luxembourg. Cette requête qui permet aux demandeurs d’obtenir le statut de...

Nawal Benaissa obtient l’asile politique aux Pays-Bas

La militante du Hirak, Nawal Benaissa, a obtenu l’asile politique aux Pays-Bas, après avoir fui le Maroc.

Ces articles devraient vous intéresser :

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Maroc : de "paradis gay" à destination à risque pour les LGBTQ+ ?

Le Maroc est passé de « pays gay-friendly » à destination touristique moins sûre pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Il y existe toutefois une sorte de tolérance.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.