Le très long chemin d’Ahmed pour s’intégrer en Espagne

14 juin 2021 - 09h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Ahmed a décidé de quitter sa ville natale de Tanger en 2019 pour rejoindre l’Andalousie, à la recherche de « meilleures opportunités d’emploi ». Le Marocain est passé par diverses péripéties avant de s’intégrer socialement.

Après trois semaines difficiles, Ahmed, 27 ans, arrivé en Andalousie par bateau, a décidé de se rendre à Saint-Sébastien, dans l’espoir de trouver une meilleure situation. « En passant la frontière avec la France, je pensais qu’on parlait français, mais rien. Outre le castillan, j’ai rencontré le Basque », raconte-t-il dans un espagnol assez maîtrisé et qu’il améliore en suivant des cours à l’école de langues qu’il a intégré grâce au programme social ’Lehen Urratsa’ du gouvernement basque.

À son arrivée, Ahmed, sans moyens et n’ayant aucune connaissance dans la ville, errait dans la rue et « dormait dans les gares routières », confie-t-il à El Diario, en présence d’Ahjab Amari, l’assistante sociale qui l’accompagne depuis qu’il a été admis dans l’une des maisons de Zabalduz à Usurbil. « Le pire, ce furent les premiers jours. Tout est nouveau, vous n’avez pas de papiers et vous avez très peur de la police », se rappelle-t-il.

A lire : Voici l’histoire de Sohaib, un mineur marocain qui a regagné l’Espagne

Malgré toutes ces difficultés, le jeune Marocain n’a pas cessé de se battre. « Il a même obtenu son baccalauréat », confirme fièrement Ahjab, qui aide au quotidien Ahmed à régulariser sa situation et à se faire établir les documents nécessaires. « Il tire le meilleur parti du programme », soutient l’éducatrice sociale qui affirme qu’il a eu de « très bonnes notes » au cours de sa première année d’études qui était particulièrement compliquée.

Aujourd’hui, Ahmed est optimiste quant à son avenir. Son prochain défi est obtenir l’équivalence de ses années d’études validées au Maroc afin de poursuivre ses études supérieures en programmation et mécanique et d’effectuer des stages qui peuvent déboucher sur un emploi.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Immigration - Jeunesse

Aller plus loin

Voici l’histoire de Sohaib, un mineur marocain qui a regagné l’Espagne

Sohaib El Immani, 16 ans, fait partie des mineurs qui ont traversé la frontière vers Ceuta à la nage, il y a deux semaines, provoquant une crise migratoire inédite. Le jeune...

Un jeune Marocain, homosexuel, obtient l’asile politique aux Îles Canaries

Un Marocain âgé de 32 ans, homosexuel, a obtenu l’asile politique aux Îles Canaries. Il avait fui le royaume à cause de la pression de sa famille qui, ignorant son...

Laila Harrak, le visage marocain de CNN International

Ancienne stagiaire de CNN International, la Maroco-néerlandaise Laila Harrak a capitalisé des années d’expérience professionnelle dans plusieurs autres chaines de télévision...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.