Accusés de terrorisme en Espagne, plusieurs Marocains acquittés

6 octobre 2022 - 19h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Faute de preuves suffisantes, la justice espagnole a acquitté cinq Marocains, accusés d’être membres d’un groupe terroriste qui a l’intention de mener des attaques et de faire l’apologie du djihadisme en prison.

La juridiction a annulé les charges contre Abderrahmanen Tahiri, alias Mohamed Achraf, désigné comme le chef du groupe, Mohamed El Gharbi, Karim Abdeselam Mohamed et Abdelah Abdeselam Ahmed, accusés des crimes de constitution d’un groupe terroriste ou de collaboration avec une organisation terroriste, de recrutement et d’endoctrinement djihadiste. Le cinquième accusé, Lahcen Zamzami, a été aussi acquitté, les accusations portées contre lui ayant été retirées lors du procès.

« Il n’y a aucune preuve d’une préparation d’un acte terroriste, pas même d’une intention à commettre lesdits actes criminels » par les accusés, soulignent les magistrats dans leur décision, précisant n’avoir décelé aucun comportement terroriste chez les accusés. Les mis en cause sont passés par plusieurs centres pénitentiaires, soit en tant que prévenus, soit en purgeant une peine pour appartenance à une organisation terroriste entre 2015 et 2019, période au cours de laquelle ils ont émis et reçu beaucoup de courriers, dont la plupart « par des circuits non officiels ».

À lire : La justice espagnole veut empêcher la libération d’un djihadiste marocain

Dans ces correspondances, ils ont établi entre eux un « lien d’entraide afin de mieux vivre la vie carcérale, considérant Allah comme le principal soutien de leur vie », expliquent les juges qui ajoutent que ces lettres comportaient généralement « des drapeaux, des messages et des slogans » liés à Daech, des chants souvent utilisés par les organisations terroristes djihadistes pour encourager leurs militants et combattants, s’invitant mutuellement à la patience et à la persévérance afin de « poursuivre le combat en faveur de l’idéologie djihadiste » une fois leurs peines purgées.

Pour les juges, il n’a pas été établi que les accusés ont mené des actions en faveur de l’organisation terroriste Daech, ni qu’ils incitaient d’autres détenus, amis et proches à mener des actes terroristes. « Les lettres sont rédigées par des détenus, certains en attente de jugement, et adressées à d’autres détenus avec lesquels ils partagent la même idéologie djihadiste. En aucun cas, une intention quelconque de commettre un crime n’a été observé de la part des accusés », a tranché la Cour.

Sujets associés : Espagne - Terrorisme - Droits et Justice - Islam

Aller plus loin

Espagne : procès d’un Marocain, présumé terroriste djihadiste

Le procès du Marocain Abdedaim C., résidant à Palafrugell (Gérone), accusé d’un délit présumé d’apologie du terrorisme djihadiste sur son profil Facebook, s’est ouvert jeudi à...

La justice espagnole veut empêcher la libération d’un djihadiste marocain

Abderrahmane Tahiri (dit Mohamed Achraf), Mohamed El Gharbi, Abdelah Abdesalam, Karim Abdesalam et Lahcen Zamzami sont des djihadistes marocains qui ont continué à endoctriner...

Un Marocain pro-Daech arrêté pour endoctrinement djihadiste en Espagne

Des agents de la police nationale et des Mossos d’Esquadra ont arrêté à Vespella de Gaia (Tarragone), un Marocain de 38 ans, radicalisé et pro-Daech, accusé d’endoctrinement...

Espagne : un imam marocain accusé d’endoctrinement djihadiste acquitté

L’Audience nationale a acquitté un Marocain, ancien imam d’une mosquée de Saint-Sébastien en Espagne, accusé d’endoctrinement djihadiste. Il n’a pas été établi qu’il a tenté de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Le ramadan commence jeudi au Maroc (Officiel)

Le mois de ramadan de l’année 1444 de l’hégire débutera ce jeudi 23 mars au Maroc, vient d’annoncer le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Stains : polémique autour d’une rue rebaptisée au nom de la femme du prophète Mohammad

À Stains (Seine-Saint-Denis), une plaque au nom de la femme du prophète Mohammad, posée au-dessus du panneau indiquant la rue de Pontoise en septembre 2022 est vue d’un mauvais œil sur les réseaux sociaux.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.