La justice espagnole veut empêcher la libération d’un djihadiste marocain

13 juin 2022 - 17h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Abderrahmane Tahiri (dit Mohamed Achraf), Mohamed El Gharbi, Abdelah Abdesalam, Karim Abdesalam et Lahcen Zamzami sont des djihadistes marocains qui ont continué à endoctriner pendant leur séjour carcéral en Espagne. La justice veut éviter que l’un d’eux, Achraf, sorte de prison.

Les cinq accusés, tous précédemment condamnés pour terrorisme, se sont rencontrés dans diverses prisons en Espagne entre 2014 et 2019. Ils sont accusés à nouveau de crimes d’appartenance à une organisation criminelle et d’endoctrinement terroriste. L’Audience nationale veut accélérer les procédures pour que leur procès démarre début juillet afin d’éviter que l’un d’entre eux, Abderrahmane Tahiri (dit Mohamed Achraf) soit libéré de prison.

À lire : Un Marocain pro-Daech arrêté pour endoctrinement djihadiste en Espagne

Les mis en cause se sont échangés des lettres que la Garde civile est en train d’analyser. Ces textes contiennent des chants utilisés par les organisations terroristes djihadistes pour encourager leurs combattants à poursuivre les missions pour lesquelles ils avaient été arrêtés et condamnés. Le leader du groupe, Achraf, d’origine marocaine, avait été condamné en 2008 par la Haute Cour nationale à 14 ans de prison pour appartenance à une organisation terroriste. Il avait déjà été condamné pour endoctrinement salafiste, djihadiste et takfiriste de la population carcérale musulmane, fait savoir La Razon.

Il est le véritable chef spirituel du groupe. En séjour à la prison d’Estremera (Madrid), il a dessiné le drapeau de DAESH sur certains murs avec des phrases telles que : « Nous sommes les soldats du califat », « L’État islamique, c’est nous ». Il recrutait les détenus et les endoctrinait dans la cour de la prison. « Nous sommes condamnés pour la même chose, nous pensons la même chose, nous agissons de la même manière, nous avons les mêmes idées, les mêmes pensées […], les mêmes affinités et la même idéologie », indiquait-il dans l’une de ses lettres.

À lire : Espagne : procès d’un imam marocain accusé d’endoctrinement djihadiste

Achraf devrait être libéré en octobre 2022 s’il n’y a pas de condamnation. La chambre criminelle de l’Audience nationale veut donc accélérer les procédures pour empêcher ce djihadiste de sortir de prison. Le procès aura lieu du 4 au 8 juillet, assurent des sources judiciaires. El Gharbi (condamné en 2019 à 8 ans), a exprimé en prison son désir de mourir en kamikaze. De son côté, Abdelah Abdesalam (condamné à 10 ans en 2016) exerçait une grande influence sur les autres détenus. Karim Abdesalam et lui avaient créé en 2016 une organisation djihadiste afin d’envoyer des combattants en Syrie.

Lahcen Zamzami, condamné en 2018 à 12 ans, était très discret, mais avait une connaissance beaucoup plus large de la religion. Certains prisonniers l’appellent « frère admirable » ou « cher père ». L’Association des victimes du terrorisme (AVT) et l’association 11M Affectés par le terrorisme, demandent de les condamner pour constitution de groupe terroriste, collaboration terroriste, recrutement et endoctrinement.

Sujets associés : Espagne - Terrorisme - Droits et Justice - Prison

Aller plus loin

Le père d’un présumé djihadiste marocain arrêté en Espagne clame son innocence

Le djihadiste marocain Mohammed, 21 ans, a été arrêté à Murcie pour tentative de commettre un attentat terroriste. Son père, Belkacem, défend son fils qui, selon lui, ne serait...

Espagne : un imam marocain risque 9 ans de prison pour endoctrinement djihadiste

Mohamed C, imam de la mosquée Herrera, à San Sebastián, dans le nord de l’Espagne, risque 9 ans de prison pour avoir endoctriné des jeunes et ses trois enfants et collecté 111...

Appel à la libération « immédiate » de la militante marocaine Saida El-Alami

Le procès en appel de la militante marocaine Saida El-Alami, condamnée en première instance en avril à deux ans de prison ferme pour « outrage envers un corps constitué », a été...

Un Marocain pro-Daech arrêté pour endoctrinement djihadiste en Espagne

Des agents de la police nationale et des Mossos d’Esquadra ont arrêté à Vespella de Gaia (Tarragone), un Marocain de 38 ans, radicalisé et pro-Daech, accusé d’endoctrinement...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.