Marrakech s’offre quelques instants de bonnes affaires

19 mai 2021 - 10h00 - Economie - Ecrit par : J.K

Le tourisme aux couleurs de la reprise à Marrakech le weekend dernier. Une centaine d’établissements hôteliers sur les 240 qui officient dans la cité ocre, cœur du tourisme marocain, ont rouvert leurs portes, s’offrant quelques instants de bonnes affaires.

C’est une première depuis plus d’un an. Pendant trois jours, Marrakech a brillé de mille feux, rapporte L’Économiste, précisant que c’était tout en veillant au respect des gestes barrières, au grand bonheur des commerçants et des artisans de la médina.

Marrakech doit cette embellie passagère aux touristes nationaux (casablancais, rbatis, fassis et du nord par ces temps de vacances scolaires) et quelques petits groupes russes ou américains qui continuent de choisir la destination Maroc, heureux de se rendre à Marrakech pour y déverser leur trop plein de stress lié à la pandémie. Sans oublier le business pour les villas et les meublés.

Le journal rapporte un taux d’occupation autour de 40 % pour les établissements, notamment les clubs. Bien moins que les unités situées dans le quartier de l’hivernage (triangle d’or) ou les hôtels de luxe ou encore les établissements sur la route de Fès. En revanche, fait observer la même source, les 3 étoiles ont eu moins de bonheur.

Mais, ce tableau d’embellie d’un instant ne rassure pas la plateforme d’AirBnB qui, bien qu’ayant été le théâtre d’un important mouvement, reste toujours impactée par les pertes importantes et préoccupée quant aux perspectives. Et, se prononçant à propos des autorisations de déplacement inter-villes, Mustapha Malik, hôtelier de la place et président de la commission tourisme durable du CRT de Marrakech/Safi suggère : « Si l’on veut relancer réellement la destination, il va falloir annuler cette procédure pour encourager les touristes nationaux à voyager ».

Il convient d’ajouter l’animation et le destin des lieux de divertissements (restaurants, lounges, monuments…), avec un « un calendrier pour les réouvertures des frontières », dont le défaut risque de nous coûter « de disparaître des radars des TO et des vacanciers » martèle Lahcen Zelmat, hôtelier à Marrakech et président de la fédération nationale de l’industrie hôtelière qui dénonce le silence des autorités face à leurs cris de détresse. La conséquence, se désole-t-il, les Français qui représentaient 40 % des arrivées à Marrakech avant le Covid, se détournent de la destination, au grand bonheur des enseignes concurrentes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Tourisme - Hôtellerie - Aïd Al fitr 2024 - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Une vingtaine de célébrités présentes à Marrakech pour un concert exceptionnel

« La Fête de la Chanson Orientale », évènement musical exceptionnel, va réunir ce samedi, un grand nombre d’artistes dans la ville touristique de Marrakech. Aux côtés de Carla...

À Marrakech, le tourisme se meurt

À Marrakech, la crise sanitaire liée au coronavirus frappe durement le tourisme. Sans une visibilité pour l’été, hôteliers, restaurateurs, agenciers de la ville ocre, conteurs,...

Marrakech : la vie renait timidement sur la place Jemaâ El-Fna

L’assouplissement des restrictions et la batterie de mesures prises pour relancer le tourisme au Maroc semblent déjà avoir des effets positifs. Après des mois de vaches maigres,...

Maroc : cri de détresse des transporteurs touristiques au bord du chaos

Au Maroc, les transporteurs touristiques n’en peuvent plus de supporter les revers imposés par la crise du coronavirus à leurs activités contraintes aux arrêts depuis plus d’un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

La contestation monte contre Booking au Maroc

Les opérateurs du secteur de l’hôtellerie au Maroc ont dénoncé, dans une lettre adressée au ministère du Tourisme, le monopole de la plateforme Booking, appelant à des actions urgentes de l’autorité pour mettre fin à ces abus.

Maroc : un semestre record pour le tourisme et les transferts des MRE

La trajectoire ascendante entamée par le tourisme marocain depuis janvier se poursuit à fin juin. En témoignent les recettes enregistrées. Il en est de même pour les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Tourisme au Maroc : lancement de la campagne « We dream big »

Profitant de l’intérêt du monde entier pour le Maroc grâce aux exploits réalisés par les Lions de l’Atlas, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) lance une campagne qui a pour but de donner encore plus de visibilité au royaume.

Accor ouvre de nouveaux hôtels au Maroc

La co-organisation du Mondial 2030 par le Maroc, l’Espagne et le Portugal aiguise les appétits du groupe hôtelier français Accor qui prévoit d’élargir son offre au royaume.

Tourisme : Le Maroc, victime de son succès... et d’AirBnB

Les recettes touristiques du Maroc poursuivent leur tendance à la baisse. Après une chute de 905 millions de dirhams (−10,5 %) en janvier, elles ont dégringolé de 1,06 milliard de dirhams (−6,7 %) à fin février. Pendant ce temps, les arrivées...

La reprise du tourisme marocain boostée par les MRE

L’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) a fortement contribué à la forte embellie du tourisme marocain frappé de pleins fouets par la crise sanitaire liée au Covid-19.

Maroc : le secteur du tourisme fait un retour en force

Avec l’Opération Marhaba 2022 et la reprise des activités touristiques, le secteur revient à un taux de récupération d’avant la crise sanitaire, selon le rapport mensuel de l’Office des changes publié le lundi 3 octobre.

Maroc : voici les plages qu’il faut éviter cette année

Alors que les 24 plages propres (Pavillon bleu) au Maroc ont été révélées cette semaine, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable vient de publier la liste des plages où il n’est pas recommandé de se baigner cette année.