Melilla : des mineurs marocains soumis à un régime esclavagiste

16 juillet 2019 - 15h20 - Espagne - Ecrit par : K.B

Les autorités de Melilla ont mis à la disposition des mineurs en situation irrégulière trois centres de détention, au niveau de la ville. Les enfants sont contraints de vivre dans des conditions sanitaires déplorables et inhumaines. La plupart d’entre eux se retrouvent souvent dans les sentiers de la ville, où la violence sexuelle fait légion.

Vivant dans la misère et l’humiliation au sein de ces centres, les jeunes marocains sont soumis à un régime esclavagiste de la part des responsables, écrit le quotidien Assabah. Cette situation a poussé des défenseurs des droits de l’homme, aussi bien à Nador qu’à Melilla, à solliciter la tenue d’une audience devant le Haut-commissariat des Nations-unies pour les réfugiés et le Conseil international des Droits de l’homme, et à préparer des lettres aux gouvernements marocain et espagnol, afin de dénoncer les pratiques humiliantes auxquelles sont soumis des adolescents marocains dans les centres pour mineurs de la ville.

Les dortoirs des centres sont sous forme de hangars, où sont alignés des lits en fer rouillés, par dizaines, puis des matelas sales sans couverture ni oreiller. Plus de 75 mineurs marocains sont cloîtrés dans chaque salle du dortoir aux odeurs nauséabondes. Les toilettes, dépourvues d’eau chaude et de douches, ont été transformées en des dépotoirs d’ordures.

Le quotidien ajoute que plus de 700 mineurs marocains sont placés dans les trois centres de la ville, dont 50 filles. Certains mineurs, dépités par les conditions de vie inhumaines des centres, préfèrent fuguer et se retrouvent "Sans domicile fixe" (SDF), exposés aux agressions sexuelles et aux violences. Les autorités espagnoles ont enregistré plusieurs cas de harcèlement sexuel, dont sont victimes des mineurs, marocains, en particulier.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Melilla - Enfant - Esclavage moderne

Aller plus loin

Les mineurs marocains, une équation très difficile à résoudre à Sebta

En tout, 500 mineurs marocains sont entrés clandestinement à Sebta, soit cinquante chaque mois depuis l’été dernier.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : le mariage fastueux de la fille d’un haut dirigeant soulève des polémiques

Le mariage somptueux organisé par le président de la Chambre des conseillers, Naam Miyara, pour sa fille, soulève de vives polémiques. La quatrième personnalité politique du Maroc après le roi, le chef du gouvernement et le président de la Chambre des...

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.