Des ennuis judiciaires en perspective pour l’ex-ministre Moncef Belkhayat

11 novembre 2019 - 11h30 - Maroc - Ecrit par : I.L

Les contrats « douteux » et juteux de l’ancien ministre de la Jeunesse et des sports, Moncef Belkhayat, pourraient faire l’objet d’une enquête parlementaire diligentée par une députée socialiste.

Affirmant détenir les preuves de la culpabilité du dirigeant du Rassemblement national des Indépendants (RNI), Ibtissam Merras est prête à aller jusqu’au bout de cette affaire.

A en croire les documents révélés par le site Akhbarona, alors qu’il était encore aux affaires, Belkhayat a créé en 2010 la société "HASOFA Holding".

Le même ministre s’est attaché les services d’ "Intralot", une structure spécialisée dans des activités analogues à celles de l’entreprise du ministre pour gérer, pendant dix ans, sa propre société, pour un montant de 3.416.940 dirhams par an.

A la tête de la Fondation Mohammed VI des Champions sportifs, le ministre aurait également signé un contrat de partenariat avec la même société. Les termes de ce nouvel accord stipulent que 1% de ses bénéfices annuels reviendrait à la même Fondation.

Selon le même média, entre 2011 et 2016, ce partenariat a rapporté près de 10 millions de dirhams alors qu’entre 2016 et 2018, il a généré 15 millions de dirhams. Par ailleurs, le nombre d’adhérents à la Fondation ne dépasse pas 800 personnes et les activités ne seraient organisées que très rarement.

On accuse également l’ancien ministre d’avoir nommé son oncle, Saïd Belkhayat, au poste de directeur de la Fondation Mohammed VI des Champions sportifs, avec un salaire mensuel de 35.000 dirhams et des indemnités dépassant largement son salaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Moncef Belkhayat - Ministère de la Jeunesse et des Sports - Parlement marocain

Aller plus loin

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et...

Des problèmes judiciaires pour Dounia Batma

La chanteuse marocaine, Dounia Batma, a été convoquée par la Police judiciaire, pour son implication dans une affaire de harcèlement et de menaces de personnalités au Maroc.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : la retraite à 65 ans ?

Alors que les députés de l’opposition rejettent le projet du gouvernement d’Aziz Akhannouch de porter l’âge de la retraite à 65 ans, Younes Sekkouri, le ministre de l’Intégration économique, de la Microentreprise, de l’Emploi et des Compétences, dément...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.