La mosquée Hassan II de Casablanca rationalise sa consommation d’énergie

12 octobre 2019 - 05h21 - Economie - Ecrit par : G.A

Le projet d’efficacité énergétique est désormais au cœur des priorités de la Fondation de la Mosquée Hassan II de Casablanca.

C’est à partir 2014 que la Fondation a commencé à s’intéresser à cette problématique en réalisant des audits énergétiques par des experts aussi bien nationaux qu’internationaux.

Ainsi, une étude technico-économique détaillée a été aussi faite pour la rationalisation de sa consommation énergétique afin de parvenir à la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre et de sa facture énergétique.

C’est suite à cette étude qu’un appel à manifestation d’intérêt international a été lancé en décembre 2016, avec la coopération et l’accompagnement de la Société d’Investissements énergétiques (SIE) et de la GIZ.

Après l’étude des différents dossiers, le projet a été attribué à l’ESCO C-NERGIE, spécialiste canadien en réduction de la consommation d’énergie.

Et, depuis des années, elle s’évertue à mettre en place des solutions tangibles en matière d’efficacité énergétique et dans le domaine des énergies renouvelables.

Selon la Fondation, une filiale de C-NERGIE Maroc a été créée dans le cadre de ce projet.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Energie - Environnement - Consommation - Mosquée Hassan II

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Exploitation de terres rares : le Maroc signe un accord avec Rainbow

Le géant britannique Rainbow Rare Earths vient de conclure un accord tripartite avec le groupe marocain de phosphates et d’engrais OCP et l’Université polytechnique Mohammed VI en vue de l’extraction et la transformation des terres rares.

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Safi : le maire s’octroie un garage en douce, la colère gronde

Le président de la commune urbaine d’Asfi a construit sans autorisation préalable un garage souterrain pour sa maison de deux étages, en chantier dans le quartier Miftah Al Rahma, suscitant l’indignation et la colère des résidents et des défenseurs des...

Norme « Euro 6 » : le patronat marocain demande un moratoire à l’Europe

Dans une demande formulée depuis juillet, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) demande du temps avant la mise en application de la norme antipollution dénommée « Euro 6 » déjà en vigueur en Europe et qui sera appliquée à partir de...

Les prix de la viande au Maroc résisteront-ils à la sécheresse ?

Les prix de la viande connaîtra-t-il une augmentation au Maroc à cause de la sécheresse qui touche le Maroc depuis quelques années ? Voici la réponse d’un expert du secteur.

La capacité de réponse d’urgence nucléaire du Maroc « est solide »

En fin de mission d’examen de la préparation aux situations d’urgence (EPREV) au Maroc, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a livré ses conclusions.

BMW, Renault et Managem au cœur d’un scandale écologique au Maroc ?

Une enquête dévoile la pollution importante de certains villages marocains où sont déchargés des résidus miniers. BMW, Renault et la Managem, grande entreprise minière marocaine, sont pointés du doigt.

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.