MRE : les frais de transfert d’argent dénoncés par Bank al-Maghrib

15 octobre 2021 - 19h40 - Economie - Ecrit par : A.T

Les frais transferts d’argent de la part des Marocains résidant à l’étranger, sont très élevés. Consciente de ces abus, Bank al-Maghrib appelle à y mettre fin.

La question a été évoquée lors de la troisième session trimestrielle de l’année de la banque centrale, où le gouverneur Abdellatif Jouahri, a appelé les régulateurs à réfléchir sur les taux pratiqués par les opérateurs de transfert d’argent.

Selon BAM, ces structures financières exploitent les transferts d’argent dans de nombreux pays, en imposant des frais exorbitants qui absorbent des paiements vitaux pour les économies. « Pour les MRE, le problème des coûts nous préoccupe en permanence », a déclaré le Gouverneur de BAM, ajoutant qu’il a demandé «  au niveau des organisations internationales, puisqu’elles parlent de plus en plus de croissance inclusive et d’inclusion financière, à ce qu’elles-mêmes dénoncent ce qui est exagéré de la part de ces sociétés multinationales en ce qui concerne les coûts de transferts ».

Un contrat sur le dos des MRE

À l’origine de cette alerte, la hausse constante des transferts des MRE ces dernières années et la manne engrangée par ces opérateurs qui ont instauré un monopole, profitant d’un marché énorme, estimé par la Banque mondiale à 500 milliards de dollars.

A lire : BAM : une étude pour expliquer les transferts records des MRE

Pour le professeur de Fintech Inigo Moré, « ce qui se passe actuellement, c’est qu’il y a un monopole qui impose des coûts énormes et ce sont les émigrés qui sont en train de payer ces coûts. Aujourd’hui, il y a un problème, car tous les transferts passent par une seule société qui détient le monopole du marché et donc impose les prix. Et les MRE payent ce monopole ».

Et d’ajouter que derrière ces coûts élevés de transfert d’argent, se cachent des accords d’exclusivité imposés par les multinationales contrôlant le réseau mondial.

Encourager la concurrence

Face cette situation, il est urgent de mettre fin à ce droit d’exclusivité signé sur le dos des migrants. À cet effet, Jouahri a souligné que « nous avons réussi à réduire les coûts sensiblement. Et puis, nous essayons que la concurrence joue à plein, et qu’il n’y ait pas d’ententes en ce qui concerne les conditions qui sont appliquées par les grandes sociétés qui interviennent dans le cadre des transferts ».

À ce sujet, le chercheur Inigo Moré, a préconisé le renforcement des cadres nationaux juridiques. Il a rappelé que « trente pays au monde ont approuvé des lois interdisant aux banques et aux institutions financières de signer des contrats d’exclusivité. À partir de là, les coûts des transferts se réduisent ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Transferts des MRE - Abdellatif Jouahri - MRE

Aller plus loin

BAM : une étude pour expliquer les transferts records des MRE

Bank al-Maghrib (BAM) va mettre sur pied une commission ad hoc qui sera chargée d’apporter des explications sur la hausse spectaculaire des transferts de la diaspora marocaine...

Espagne : les transferts des MRE ont explosé pendant la crise

Les transferts des Marocains résidant en Espagne ont augmenté de 33 % entre 2019 et 2020, passant de 766 millions à 1,022 milliard d’euros.

Les transferts des MRE pourraient frôler 90 milliards de dirhams à la fin de l’année

Les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient atteindre un record de 87 milliards de dirhams (MMDH) en 2021, soit une croissance de 27,7 %.

Bank Al-Maghrib cible d’une arnaque

Bank Al-Maghrib (BAM) a lancé une alerte contre une notification frauduleuse visant certains clients à qui il est demandé de récupérer un prix sous forme de chèque auprès de ses...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : les MRE pour relancer un marché en berne

Les promoteurs immobiliers comptent sur la saison estivale et les Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour sortir leur marché de sa stagnation. Ceux-ci figurent d’ailleurs parmi les bénéficiaires du nouveau programme de l’aide au logement.

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Données bancaires des MRE : le gouvernement rassure

Alors que la question de l’échange automatique des données sur leurs comptes bancaires, actions et biens détenus au Maroc avec l’OCDE refait surface, Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des Finances, a tenu à rassurer les Marocains résidant...

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

Flexibilité du dirham : pas de précipitation pour Bank Al-Maghrib

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, conditionne un nouvel élargissement des bandes de fluctuations du dirham à la levée des incertitudes concernant les perspectives économiques mondiales et nationales.

Evincée, Salima Belabbas retrouve sa place sur RTL

Écartée de la présentation du JT de 19h sur RTL en janvier, Salima Belabbas revient en force en tant qu’animatrice de deux émissions phares de la chaîne privée.

Africa Morocco Link (AML) s’offre un nouveau bateau

L’Africa Morocco Link (AML) aurait acquis pour 2,4 millions d’euros le navire marocain « Boraq » appartenant au groupe maritime grec Attica Group, lors de la vente aux enchères qui s’est déroulée le 27 juin au siège de l’Autorité portuaire de la baie...

Les Marocains du monde ont transféré 110 milliards de dirhams en 2022 (+16,5%)

Les transferts d’argent effectués par les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont connu une augmentation significative en 2022, selon les données publiées par l’Office des Changes.

Les MRE bénéficient d’une exonération fiscale pour l’achat de logements sociaux

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier d’une exonération fiscale lorsqu’ils achètent un logement social, à condition de remplir les critères énoncés dans le Code général des impôts, a affirmé Nadia Fettah, ministre de l’Économie...