Recherche

Municipales en France : un candidat sous le feu des critiques

© Copyright : DR

14 janvier 2020 - 09h00 - Monde

Le candidat du MoDem, Mohamed Dine, recule face la polémique née autour de son message de recrutement "de femmes et d’hommes d’origine turque", posté sur sa page Facebook. Devant l’ampleur de la polémique, il a supprimé son annonce.

Dans son post datant du jeudi 9 janvier, Mohamed Dine, candidat aux élections municipales de Clichy-sous-Bois, informe qu’il est " à la recherche d’hommes et de femmes turques " pour étoffer sa liste, rapporte Le Parisien. Ce recrutement ne tardera pas à provoquer un tollé sur la toile.

Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national (RN) au conseil régional de Bourgogne, accuse Mohamed Dine de "vouloir communautariser" sa liste. "Les origines d’une personne ne constituent pas un critère de sélection. Mais au-delà de la question des origines, le fait de passer un appel sur Facebook, ce n’est pas très sérieux. Si vous êtes implantés localement, vous faites marcher le bouche-à-oreille pour trouver des gens compétents", s’indigne pour sa part Meziane Abdelali, l’adversaire du candidat du Modem.

Selon le maire PS de la ville, Olivier Klein, c’est clairement une erreur. "Si on travaille et qu’on habite à Clichy, on connaît suffisamment le territoire pour constituer une liste représentative. Ça s’équilibre naturellement", dit-il.

Devant l’ampleur de la polémique, Mohamed Dine a supprimé son post et tente de se défendre. "J’assume totalement ce que j’ai écrit. Si je lance un tel appel, c’est parce que je veux constituer une liste représentative des habitants de Clichy-sous-Bois", affirme-t-il. Pour celui qui milite dans des partis traditionnels depuis 25 ans, il n’est pas question de ses origines, ni celles des autres. "Si le taux d’abstention est très élevé dans une ville comme Clichy-sous-Bois, c’est peut-être parce que les gens ne se sentent pas suffisamment représentés", estime le candidat Modem.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact