Maroc : les sorciers font leur révolution

10 juillet 2024 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les marabouts et les sorciers allient tradition et modernité. Facebook, Instagram et d’autres réseaux sociaux sont devenus leur nouvel espace de travail où ils offrent leurs services.

Fini le temps où les marabouts et les sorciers recevaient leurs clients dans les cabanes reculées ou leur donnaient des rendez-vous secrets. Désormais, ils s’embarquent dans la modernité. Ils offrent leurs services sur Facebook et d’autres plateformes. Ces services se résument en quelques points : ramener l’ex-partenaire, annuler les sorts de vengeance, et même des charmes pour que tout dans la vie aille de travers, mais aussi protéger contre le mauvais œil, augmenter la prospérité des hommes d’affaires, ou même dénicher des trésors cachés.

À lire :France : sorcellerie, arnaques et marabouts

Les marabouts et sorciers se sont emparés des réseaux sociaux avant l’Aïd al-Adha 2024. Parmi leurs pratiques, l’usage de « l’os d’épaule » des moutons sacrifiés. Selon la légende, cet os serait réservé pour l’écriture de talismans mystiques et serait donc doté de pouvoirs maléfiques. Dans une déclaration à Hespress, Khouloud Sbai, professeure de psychologie sociale, a expliqué que la magie et la sorcellerie sont des phénomènes sociaux profondément enracinés et impossibles à éradiquer de sitôt. Ces pratiques répondent à des besoins émotionnels et relationnels, bien au-delà des simples remèdes psychologiques. Selon elle, en rendant ces pratiques visibles, les réseaux sociaux contribuent paradoxalement à la dénonciation et à la prise de conscience collective de leur existence.

À lire :Le raqi 2.0 a fait des victimes au Maroc et dans des pays arabes

Pour Mustapha Siali, professeur de psychologie sociale à l’Université Cadi Ayyad, il est bien possible de combattre la sorcellerie. Selon lui, ce combat passera par l’éducation et la sensibilisation des jeunes générations aux dangers de ces pratiques. La répression ayant montré ses limites, l’universitaire appelle à une volonté étatique réelle pour éradiquer ces croyances archaïques dans un pays où l’islam, religion de l’État, réprouve fermement la sorcellerie.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Facebook - Instragram - Sorcellerie

Aller plus loin

Roqya au Maroc : Enquête sur des abus sexuels au nom de l’exorcisme

Des Marocaines racontent le calvaire qu’elles ont vécu lors des séances de roqya, exorcisme destiné à chasser les djinns, qui finissent souvent par des abus sexuels et du...

France : sorcellerie, arnaques et marabouts

Une Marocaine résidant en France raconte l’enfer qu’elle a vécu en consultant de bons, sérieux et bienveillants marabouts mais aussi des mauvais, des chers, des farfelus,...

Les chirurgiens plasticiens marocains se plaignent « des charlatans sans scrupule »

Les chirurgiens plasticiens marocains montent au créneau une nouvelle fois, mais cette fois-ci pour mettre en garde contre la pratique illégale de la médecine et de la chirurgie...

Le raqi 2.0 a fait des victimes au Maroc et dans des pays arabes

Les services de police judiciaire de la ville de Guelmim ont mis la main, mercredi dernier, sur un faux guérisseur, pour son implication présumée dans plusieurs affaires de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Saïd Taghmaoui règle ses comptes avec Momo Bousfiha

Sur son compte Instagram, l’acteur franco-marocain Saïd Taghmaoui a mis sa querelle avec l’animateur vedette de Hit Radio, Momo Bousfiha sur la place publique.

Le chanteur Ihab Amir au cœur d’une polémique

Une réponse du chanteur Ihab Amir à un de ses abonnés Instagram suscite la controverse au Maroc.

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...

Contenus choquants en ligne : Le Maroc veut sévir

La prolifération de contenus immoraux, futiles et offensants sur les réseaux sociaux préoccupe la société civile et les acteurs politiques, surtout les députés de l’opposition. Ceux-ci demandent des actions décisives pour lutter contre ce phénomène...

Darija sur Wikipédia : un concours qui divise

La page Facebook Wikimedia Maroc a lancé un concours préconisant l’utilisation du dialecte marocain (darija) en lieu et place de l’arabe littéraire qui soulève de vives polémiques.

Yassine Bounou et Imane Khallad : leur couple scruté sur Instagram

Imane Khallad, la compagne de Yassine Bounou, a commencé à suivre à nouveau son mari sur Instagram, laissant croire à une amélioration de leurs relations après des rumeurs de séparation.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

Dounia Batma et Saïda Charaf : Latifa Raafat s’en mêle

L’artiste marocaine Latifa Raafat a appelé à la tolérance ses consœurs Dounia Batma et Saïda Charaf, actuellement en conflit judiciaire devant le tribunal de première instance de Marrakech.

Ramadan 2023 : les filles du Prince Moulay Ismaïl préparent chebbakia (photos)

À l’instar de nombreuses familles marocaines, celle du Prince Moulay Ismaïl, cousin du roi Mohammed VI, s’est préparée pour le mois du ramadan qui a débuté au Maroc et dans de nombreux pays arabes, jeudi 23 mars.

Les excuses de Meryame Kitir à ceux qu’elle aurait pu « blesser involontairement »

Après deux mois de silence, Meryame Kitir, ancienne ministre belge de la Coopération, s’est adressée dimanche à ses collègues et autres avec lesquels elle a collaboré durant son mandat au sein du gouvernement belge.