Le musée parisien du Quai Branly à l’heure marocaine

21 janvier 2008 - 19h25 - Culture - Ecrit par : L.A

Le musée parisien du Quai Branly a été, du 16 au 19 janvier, à l’heure marocaine en faisant découvrir certaines des traditions nationales liées à l’Achoura, considérée au Maroc comme la fête de l’enfance mais aussi celle du partage et de la charité.

Le musée parisien a oeuvré, quatre jours durant, à faire connaître cette grande fête aux visiteurs et à se placer sous le signe de la découverte des traditions marocaines qui y sont associées. Cette manifestation a comporté des ateliers de contes et de fabrication de poupées animés par l’écrivain et conteuse marocaine Halima Hamdane et destinés aux enfants qui ont, à cette occasion, laissé libre cours à leur imaginaire tout en puisant dans les mémoires de l’enfance de la conteuse.

Sous la houlette d’un collectif de femmes marocaines, les adultes, quant à eux, ont pu percer et mettre en pratique les secrets de confection des délicieuses pâtisseries nationales.

Les visiteurs ont été également conviés à un autre atelier où, de la symbolique de la matière au tatouage de motifs originaux, le henné a livré tous ses mystères.

Au programme, figuraient aussi une conférence de l’historien et philosophe Jean-Pierre Rossie sur les festivités et les coutumes liées à l’Achoura, un goûter marocain avec thé à la menthe et pâtisseries, ainsi qu’un spectacle intitulé "Les folies berbères" et animé par le conteur-musicien Hamed Bouzzine.

Trois films ont été projetés dont "Tambours battant" et "Rythmes de Marrakech" de Izza Genini.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Paris - Musique - Exposition

Ces articles devraient vous intéresser :

Rap en darija : La spécificité linguistique du rap marocain

Dans un entretien à TV5 Monde, Anissa Rami, journaliste spécialiste du rap revient sur les origines du rap marocain et son évolution dans le temps.

Festival Mawazine : Saad Lamjarred persona non grata ?

La participation de Saad Lamjarred à la 19ᵉ édition du Festival Mawazine, prévue du 21 au 29 juin prochain, semble compromise. Des sources proches des organisateurs ont révélé l’échec des négociations entre les deux parties.

L’artiste Jaouad Alloul évoque son homosexualité et ses extravagances

Dans une interview, Jaouad Alloul, artiste pluridisciplinaire et entrepreneur créatif autodidacte d’origine marocaine, s’est livré comme jamais sur son nouvel album, sa crise conjugale et son rêve.

Khtek, rappeuse marocaine, se confie sur sa maladie

Dans une interview, la rappeuse marocaine Khtek, de son vrai nom Houda Abouz, se confie sur sa bipolarité. La musique lui sert de thérapie, mais aussi de canal de sensibilisation.

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi en deuil

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi vient d’annoncer une triste nouvelle dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Divorce de Tamer Hosny et Bassma Boussil

Basma Boussel, la célèbre styliste et chanteuse marocaine, a annoncé son divorce avec le chanteur égyptien Tamer Hosny. L’annonce a été faite sur le compte Instagram de Boussel, avec un message qui a ému ses fans.

Taxe musique et télévision : Les restaurateurs et cafetiers marocains se révoltent

En plein bras de fer avec le Bureau marocain du droit d’auteur (BMDA), les propriétaires de cafés et restaurants au Maroc ont décidé de porter l’affaire devant la justice. Ils réfutent les demandes de redevance émises par le BMDA, affirmant qu’elles ne...

Flou autour des circonstances du décès de Cheikha Tsunami

La chanteuse Cheikha Tsunami, grande icône du Chaâbi, s’est éteinte mardi 17 octobre à l’Hôpital militaire de Rabat, à l’âge de 45 ans. Les circonstances de son décès restent floues.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.