Nissan invite l’Égypte à suivre l’exemple du Maroc

27 décembre 2020 - 20h20 - Economie - Ecrit par : J.K

En 2019, l’Égypte a supprimé les droits de douane sur les voitures importées de l’Union européenne, sans modifier les droits de douane sur les pièces. Mécontent, Nissan, le groupe automobile japonais, suggère au Caire de suivre le modèle de production locale de composants et le régime fiscal du Maroc.

Il n’est pas logique que les groupes automobiles implantés en Égypte paient des droits de douane sur les pièces importées pour l’assemblage local, alors que de telles taxes ne sont pas appliquées aux véhicules complets importés, a indiqué le Sud-africain Mike Whitfield, directeur général pour l’Afrique de Nissan, premier producteur de véhicules en Égypte, soulignant que «  la filière d’assemblage automobile en Égypte a besoin d’être protégée  », avec la certitude que si cela devenait une réalité, le Caire pourrait devenir un hub régional de production de véhicules, rapporte Jeune Afrique.

«  Le gouvernement égyptien a trouvé en 2020 le bon équilibre entre la protection contre la pandémie et le maintien de l’activité économique  », a affirmé Mike Whitfield, estimant que «  le gouvernement pourrait encore aider à accroître la taille du marché local en facilitant l’accès du plus grand nombre d’Égyptiens au crédit automobile  ». Par ailleurs, en juin 2019, le groupe Mercedes -Benz a signé un protocole d’accord avec le gouvernement. Sans oublier que la production de la première voiture électrique égyptienne assemblée localement par la société chinoise Dongfeng Motor, devrait démarrer d’ici fin 2021.

Pour les analystes du cabinet de conseil Lynx Strategic, basé au Caire, «  la faiblesse des investissements en R&D, a conduit à la production de composants automobiles à faible valeur ajoutée en Égypte  », suggérant ainsi des exemptions de droits de douane pour les équipements importés utilisés en R&D.

Il faut noter que les filières automobiles les plus complètes du continent sont en Afrique du Sud et au Maroc. Et ceci grâce aux dialogues entre gouvernement, Industrie et partenaires sociaux. Ce qui montre que le dialogue est primordial pour le développement de ce secteur, a souligné Mike Whitfield.

Sujets associés : Afrique du Sud - Automobile - Egypte - Industrie

Aller plus loin

Vers la reprise des activités de PSA Maroc

PSA Maroc va reprendre bientôt ses activités industrielles même si la relance sera progressive. Dans tous les cas, les mesures sont prises pour assurer la sécurité sanitaire.

Les voitures Sandero quittent la Roumanie pour le Maroc

Le Maroc va produire la 3ème génération des voitures Sandero du groupe Renault, exclusivement fabriquée en Roumanie.

Attrait soudain pour la Citroën AMI fabriquée au Maroc

La Citroën AMI, une voiture sans permis électrique est fabriquée dans l’usine du Groupe PSA installée à Kénitra au Maroc. Elle coûte 6900 euros et attire, déjà, beaucoup de...

Renault et Dacia, leaders incontestés au Maroc

Au Maroc, plus de 14.000 véhicules neufs dont près de 2000 utilitaires légers ont été vendus en octobre, soit une hausse de 24%. Ces importateurs de véhicules comptent dépasser...

Ces articles devraient vous intéresser :

Sortie imminente du premier véhicule militaire 100% marocain

Les choses se précisent pour la sortie du premier véhicule blindé 100 % marocain destiné aux Forces armées royales (FAR). Rendez-vous à la 5ᵉ édition des Journées de l’industrie, Industry Meeting Days.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Zones industrielles militaires : les grands projets du Maroc

Le Maroc s’active pour la mise en place d’une industrie de défense robuste. Il dévoile sa stratégie axée sur la création de zones industrielles.

La fabrication de drones militaires devient réalité au Maroc

Le Maroc a démarré les activités industrielles de défense, notamment la fabrication de drones équipés de matériel d’observation, de surveillance et d’armement.

Voitures neuves au Maroc : la baisse des ventes continue

La chute des ventes de voitures neuves observée depuis le début de l’année se poursuit au Maroc. À fin juillet, les ventes sont en baisse de 11,03 %, selon les derniers chiffres de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

La voiture NEO « Made in Morocco » bientôt sur le marché

Le Maroc procèdera bientôt au lancement de NEO, la toute première voiture conçue et produite sur le sol marocain. Le véhicule a déjà validé les tests statiques et dynamiques au Maroc et à l’étranger. Le processus de son homologation est en cours.

Une usine géante de batterie bientôt au Maroc ?

Le scientifique marocain Rachid Yazami, inventeur de l’anode graphite pour les batteries au lithium, envisage de créer deux usines destinées à la production de batteries rechargeables au lithium au Maroc.

Dacia et Renault défient la baisse des ventes de voitures au Maroc

La vente de véhicules neufs a atteint 64 025 unités à la fin de mai, en baisse de 4,45 % par rapport à la même période de l’année précédente, selon les statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Le Maroc accueille le premier centre d’essais de voitures en Afrique

Le groupe allemand FEV vient d’inaugurer au Maroc le premier centre d’essais des prototypes de voitures neuves en Afrique. Un centre à la pointe de la technologie et à l’abri des regards indiscrets.

Voici les marques de voiture les plus vendues au Maroc

Le marché automobile marocain se reprend après quelques mois d’accalmie avec une augmentation de 22,01 % par rapport à l’année précédente, selon les données de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).