Normalisation avec Israël : le projet de loi marocain bloqué au Parlement

3 février 2014 - 22h43 - Maroc - Ecrit par : J.L

Le projet de loi marocain criminalisant la normalisation des rapports avec Israël est encore gelé au niveau de la commission de justice et législation, au Parlement. Le texte prévoyant des peines allant jusqu’à cinq ans de prison et 100.000 euros d’amende contre tout Marocain qui visiterait Israël, divise l’élite politique au Maroc.

Contacté par le quotidien Akhbar Al Yaoum, Abdellatif Ouahbi, député du Parti Authenticité et Modernité (PAM), et président de la commission justice et législation à la première chambre explique : "je suis face à deux problématiques, soit programmer ce texte et le soumettre à la commission, ou le rendre au président du Parlement, sous prétexte que ce projet de loi relève plutôt des prérogatives du gouvernement.

Ouahbi penche plutôt pour la deuxième option, confie-t-il à la même source. Une façon pour lui de se débarrasser de ce projet de loi plutôt gênant. "Ainsi, le gouvernement aura l’occasion de mettre en œuvre les politiques publiques, dans un domaine aussi sensible que les relations extérieures et la diplomatie.

Pour sa part, le gouvernement sait pertinemment que le projet de loi criminalisant les rapports avec Israël n’a aucune chance de passer. Le texte n’étant pas dans l’intérêt de la diplomatie officielle marocaine, puisqu’il la priverait de l’appui du lobby juif aux Etats-Unis et en Europe.

Le projet de loi proposé à l’origine par l’Observatoire marocain contre la normalisation avec Israël, était soutenu par cinq formations politiques, dont le Parti Justice et Développement (PJD), actuellement au pouvoir et le PAM qui s’était retiré depuis de la course.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Israël - Judaïsme marocain - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Abdellatif Ouahbi

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Emmanuelle Chriqui : Une voix marocaine contre l’antisémitisme

À l’heure où la guerre fait rage entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, l’actrice canadienne d’origine marocaine Emmanuelle Chriqui dénonce le déferlement d’antisémitisme.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.