Omar Raddad, la justice française rouvre l’enquête

15 septembre 2013 - 14h34 - France - Ecrit par : J.L

L’affaire du jardinier marocain "Omar Raddad", accusé à tort d’avoir assassiné son employeuse Ghislaine Marchal en 1991, sera rouverte prochainement par le ministère français de la Justice. L’homme condamné à 18 ans de prison en 1994, avait été grâcié par l’ancien président français Jacques Chirac, mais jamais innocenté.

Début septembre, Christiane Taubira, ministre de la Justice avait transmis la demande de Me Sylvie Noachovitch, avocate d’Omar Raddad, demandant la réalisation de nouveaux tests ADN, qui pourraient éventuellement permettre l’identification du vrai coupable.

Ces analyses ADN pourraient définitivement innocenter Omar Raddad, dont l’ADN n’avait pas été relevé sur le sang du célèbre du message "Omar m’a tuer", si la confrontation des résultats du nouveau test ADN au Fichier national des empreintes génétiques, s’avère concluante.

Raddad, 50 ans, vit aujourd’hui à Toulon, au sud de la France. D’après son avocate, citée par Jeune Afrique, l’ancien jardinier est "dépressif au point d’être handicapé à 80%".

Depuis qu’il a été libéré en 1998 grâce à une intervention de feu Hassan II, Omar Raddad, n’avait jamais cessé de répéter : "J’ai été gracié mais je n’ai pas été innocenté. Je veux être réhabilité".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Omar Raddad - Toulon

Aller plus loin

Affaire Omar Raddad : la justice sur le point d’arrêter un suspect

Un rebondissement de taille dans l’affaire Omar Raddad. La justice est sur le point d’ordonner l’arrestation d’un suspect dont les empreintes correspondent aux traces ADN...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.