Mohammed VI et le pari spatial marocain

20 janvier 2024 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Un consultant en stratégie et expert du secteur spatial explique pourquoi le roi Mohammed VI s’est lancé dans l’aventure spatiale.

« Le tremblement de terre qui a frappé la région du Haut Atlas le 8 septembre 2023 a révélé l’importance des capacités spatiales dans la réponse aux crises et catastrophes naturelles. Si les capacités mobilisées en urgence ont été internationales, avec l’activation de la charte internationale “espace et catastrophes majeures”, sur demande de l’ONU pour le compte de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, cette catastrophe a aussi rappelé l’importance de disposer de capacités souveraines tout en sensibilisant l’opinion publique aux enjeux du spatial », analyse Mathieu Luinaud, enseignant en économie à Sciences Po Paris et expert du secteur spatial dans une tribune intitulée « Pourquoi Mohammed VI s’est lancé dans l’aventure spatiale » publiée par le journal français L’Opinion.

À lire : Satellites espions : le Maroc lâche la France pour Israël

Faisant remarquer que le Maroc s’est tourné vers le spatial bien avant le puissant et dévastateur séisme, il fait savoir que le royaume a été parmi les premières puissances du continent africain en matière de développement. « C’est notamment le rôle du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS), qui fait office d’agence spatiale nationale et de gestionnaires de la diffusion d’imagerie satellite dans le pays », dit-il, expliquant que le « pays compte une capacité souveraine en observation de la Terre grâce au double programme de satellites Mohammed-VI A et B lancés respectivement en 2017 et 2018 dont l’un est consacré aux usages militaires d’espionnage et l’autre a une vocation davantage civile. »

À lire :Le Maroc va-t-il lancer de nouveaux satellites ?

Aujourd’hui, l’industrie spatiale apparaît comme un outil efficace de développement, mais aussi de lutte contre le terrorisme en Afrique. « Sur le plan domestique et dans une économie où l’agriculture et la pêche représentent autour de 12 % du PIB, une utilisation plus intensive de la donnée spatiale offre des perspectives indéniables de gains de productivité pour le pays, avec un meilleur contrôle des semences et des ressources halieutiques dans une double perspective d’efficacité et de préservation pour le pays », assure l’auteur de « L’Industrie Spatiale » dans la collection Que sais-je ? Il ajoutera : « Les enjeux sont aussi liés à la sécurité nationale. Les besoins de surveillance du Front Polisario au Sahara occidental et des relations diplomatiques tendues avec l’Algérie voisine justifient des capacités de surveillance souveraines et qui ne sont pas étrangères au renouvellement annoncé des deux satellites espions du Royaume qui ont fait l’objet d’un nouveau contrat mi-2023. »

À lire :Le Maroc aura sa propre station spatiale

Le Maroc aurait décidé la fin de l’été dernier de confier la fabrication de son prochain satellite espion – l’Ofek-13, dernier modèle lancé par Israël – à la firme Israel Aerospace Industries (IAI), écartant ainsi le duo français Airbus Defence & Space et Thales Alenia Space (TAS) qui avaient conçu le satellite Mohammed-VI A, lancé en 2017, faisait savoir en décembre le journal français La Tribune. « Ce choix, qui peut surprendre dans sa distanciation du partenaire français historique, peut par ailleurs s’expliquer par le rapprochement récent entre le Maroc et Israël, dont la société IAI a été un bénéficiaire de premier plan, via la signature d’un accord de coopération consistant particulièrement en la construction d’un centre d’excellence à l’Université de Rabat pour y développer l’effort de R&D spatiale et la formation d’experts marocains », explique encore l’expert spatial.

À lire :Vidéo : revoir le lancement du satellite Mohammed VI-B

À cette allure, le Maroc pourrait devenir, prédit-il, « une terre d’industrie spatiale ». « La préfiguration de ce nouveau pôle d’expertise n’est qu’un des atouts dont pourrait disposer le Maroc pour devenir, à terme, une terre d’industrie spatiale. Sur le plan manufacturier, la proximité géographique avec l’Europe et la préexistence de voies commerciales faciles d’accès peut en faire un choix privilégié de localisation de sites de production offrant, entre autres, des coûts de production réduits. Cette tendance est déjà à l’œuvre dans l’industrie automobile où les grands industriels consentent des investissements colossaux dans les chaînes de production locales, leur permettant de dégager plus de marges bénéficiaires pouvant par la suite être réinvesties dans la R&D, une dynamique aujourd’hui facilitée par des accords de libre-échange qui se multiplient et des procédures administratives rapides et allégées », conclut Mathieu Luinaud.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Mohammed VI - Sahara Occidental - Satellite Mohammed VI - A - Satellite Mohammed VI-B

Aller plus loin

Le Maroc va-t-il lancer de nouveaux satellites ?

Le Maroc a décidé d’élargir ses capacités spatiales. Dans ce sens, il lancera bientôt des satellites d’observation supplémentaires.

Les très bons services rendus par les satellites « Mohammed VI »

Les images que les deux satellites, "Mohammed VI-A" et "Mohammed VI-B", ont fourni aux différents ministères, ont permis l’élaboration de 370 cartes de grande précision couvrant...

Le Maroc aura sa propre station spatiale

Le Maroc ambitionne de créer sa propre station spatiale. Dans ce sens, Driss El-Hadani, directeur général du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS) s’est rendu à Abu...

Satellites espions : le Maroc lâche la France pour Israël

Le Maroc a porté son choix sur la technologie israélienne au détriment de la Française pour la fourniture de son prochain satellite d’observation.

Ces articles devraient vous intéresser :

Aid al Adha : 1 434 personnes graciées par le roi Mohammed VI

À l’occasion de à l’occasion de l’Aïd Al Adha, célébrée ce jeudi 29 juin au Maroc, le Roi Mohammed VI a accordé sa grâce à 1 434 personnes condamnées par différents tribunaux du Royaume.

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

Emmanuel Macron prépare une visite officielle au Maroc

La relation entre la France et le Maroc, après une période de tensions, semble se diriger vers un apaisement et cela pourrait même aboutir à la visite au royaume du président Emmanuel Macron très prochainement.

Walid Regragui reconnaissant envers le roi Mohammed VI

Auréolé du titre de meilleur coach arabe de l’année, Walid Regragui, sélectionneur de l’équipe du Maroc exprime sa reconnaissance envers le roi Mohammed VI pour son soutien.

Maroc : versement imminent des aides pour les victimes du séisme

Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du Budget, a annoncé à Rabat le versement imminent des aides d’urgence pour les familles affectées par le séisme d’Al Haouz. Ces aides, qui s’élèveront à 30 000 dirhams par famille sur 12 mois, seront versées dès...

Nouvel appel au roi Mohammed VI

L’ancien joueur du Raja, Yassine Salhi s’est adressé au roi Mohammed VI dans un post sur Instagram, lui demandant d’intervenir, face à la flambée des prix.

Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce mardi

Face à la rareté des pluies, le roi Mohammed VI a une nouvelle fois ordonné l’accomplissement de prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines.

Fouzi Lekjaa nommé par le roi Mohammed VI président du Comité Coupe du Monde 2030

Le roi Mohammed VI a nommé Fouzi Lekjaa à la tête du comité d’organisation de la partie marocaine de la Coupe du monde, suite à l’annonce du choix de la candidature tripartite Maroc-Espagne-Portugal pour l’organisation du mondial de 2030.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Le roi Mohammed VI ordonne un large mouvement des attachés militaires

Le roi Mohammed VI a instruit des responsables militaires à l’effet de procéder à un large mouvement des attachés militaires à l’étranger.