Le parlement offre de l’or à ses employées fantômes

1er avril 2013 - 22h59 - Maroc - Ecrit par : J.L

La chambre des Conseillers aurait offert des bijoux en or aux fonctionnaires femmes de la deuxième chambre de l’hémicycle, à l’occasion de la journée internationale de la femme, en guise de reconnaissance pour leur travail.

Mercredi, Mohamed Cheikh Biadillah paraissait désagréablement surpris de découvrir que les cadeaux qu’il distribuait aux femmes employées dans son conseil, étaient des boucles d’oreille et des chaînes en or.

Au total, le président de la deuxième chambre aurait offert pour 150 grammes d’or en bijoux à ses employées. Dès la fin de la cérémonie Biadillah aurait convoqué le secrétaire général et plusieurs autres responsables du Conseil, afin de savoir qui avait décidé d’offrir des bijoux en or.

L’ancien ministre de la Santé semblait embarrassé de distribuer des cadeaux en or en temps de crise et d’austérité, au lieu des fleurs qu’offrait habituellement le Conseil pour la journée de la femme.

Plusieurs employées fantômes de la Chambre des Conseillers, auraient d’ailleurs saisi l’occasion pour être présentes et recevoir le précieux cadeau.

Mustapha Ramid, ministre de la Justice, avait quant à lui offert des massages gratuits à ses employées lors de la Journée Internationale de la Femme.

Sujets associés : Journée - Insolite - Femme marocaine - Mohammed Cheikh Biadillah - Crise économique

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Le Roi appelle à combattre les spéculateurs

Dans son discours adressé aux Marocains à l’occasion de la fête du Trône, le Roi Mohammed VI a appelé à une lutte efficace contre les spéculations et la manipulation des prix.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...