Les travaillistes néerlandais durcissent leur discours sur l’immigration

26 décembre 2008 - 20h09 - Monde - Ecrit par : L.A

Dans une note intitulée "Passé séparé, avenir partagé", la présidente du parti travailliste néerlandais (PVDA), Lilianne Ploumen, plaide pour de nouvelles règles censées favoriser l’intégration dans son pays. Rompant avec la tradition du PVDA et s’inscrivant dans un mouvement général de la société néerlandaise, Mme Ploumen prône la fin du modèle de "tolérance" qui, selon elle, "n’a pas fait de bien à l’intégration des immigrés". Elle souligne que les dirigeants des Pays-Bas ont commis une faute qu’ils ne pourront "plus jamais répéter" : "Ravaler nos critiques sur les religions et les cultures au nom de la tolérance."

La responsable du deuxième parti du pays, actuellement associé au pouvoir, prône l’apprentissage obligatoire du néerlandais ainsi que la fin du principe de double nationalité. "La loyauté n’a rien à voir avec la nationalité mais (...) pour devenir Néerlandais, il faut renoncer à sa nationalité d’origine", écrit Mme Ploumen, qui relance ainsi un débat étouffé par son propre parti il y a quelques mois. Le populiste Geert Wilders avait attaqué deux secrétaires d’Etat travaillistes. Parce que l’un a conservé sa nationalité marocaine et l’autre sa nationalité turque. Une troisième personnalité du PVDA, d’origine marocaine, fait partie d’un conseil d’avis au roi Mohammed VI.

Entre la tolérance et la multiculturalité d’un côté, l’intégration obligatoire et la "confrontation" de l’autre, Mme Ploumen opte résolument pour la deuxième option. Les nouveaux arrivants doivent choisir "sans réserve" les valeurs démocratiques. L’Etat doit être le garant du droit, de la sécurité publique, de la liberté d’expression. En échange, il doit offrir des possibilités d’émancipation et de promotion sociale grâce à un système scolaire performant, une offre de travail satisfaisante et une politique de la jeunesse efficace.

"Éviter la survictimisation"

Liberté d’expression, droit de critiquer - voire d’offenser -, lutte résolue contre les pratiques du crime d’honneur : tout cela n’est pas négociable, souligne le rapport. Les questions de l’égalité entre homme et femme ou de la séparation entre les églises et l’État ne le sont pas davantage mais peuvent être débattues en vue de convaincre. Le port du voile ou la construction de nouvelles mosquées doivent toujours être tolérés, affirme, en résumé, la dirigeante travailliste. Elle souligne la nécessité de lutter contre les discriminations mais "les allochtones doivent éviter la survictimisation", écrit-elle.

Ce texte, qui devrait être voté en mars par le PVDA, désigne surtout, sans les nommer, les jeunes d’origine marocaine et turque ainsi que les tenants d’un islam fondamentaliste. Il confirme, pour la gauche sociale-démocrate néerlandaise, un virage amorcé en novembre avec l’éviction de la ministre de l’intégration, Ella Vogelaar, qui prônait une "approche douce" de problèmes qui perturbent les Pays-Bas depuis des années. Le film anti-islam Fitna du député Wilders avait, au printemps, relancé le débat sur la caricature, le blasphème et la liberté de critiquer une religion. Sur ces questions, la coalition au pouvoir a affiché des opinions souvent contradictoires.

Le Monde - Jean-Pierre Stroobants

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pays-Bas - Intégration - Immigration - Double nationalité

Ces articles devraient vous intéresser :

Match Maroc-France : difficile pour les binationaux de faire un choix

La qualification du Maroc et de la France pour la demi-finale de la coupe du monde au Qatar est une joie pour les Franco-marocains. Certains parmi eux ont encore du mal à réaliser la surprenante ascension de l’équipe marocaine, véritable surprise de...

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Football : la stratégie de la FRMF pour attirer les binationaux

La sélection marocaine de football est composée de plusieurs joueurs binationaux qui ont opté pour le Maroc au détriment de la Belgique, de l’Espagne, des Pays-Bas, de l’Italie et bien d’autres. Derrière ces choix parfois difficiles, se trouve un...

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.