Pays-Bas : Samir Azzouz risque six ans de prison pour financement du terrorisme

19 juillet 2022 - 00h00 - Monde - Ecrit par : G.A

Accusé d’avoir aidé 25 femmes de l’État islamique (EI) financièrement ou à s’évader des camps syriens, l’islamiste néerlandais d’origine marocaine Samir Azzouz pourrait être condamné à six ans de prison. C’est en tout cas la peine que requiert le ministère public contre l’ancien membre du groupe Hofstad.

C’est en 2020 que Samir Azzouz a été arrêté ​​pour avoir, entre autres, collecté plus de 107 000 dollars auprès des familles des femmes détenues dans les camps syriens. Cette somme, contrairement à ce qu’affirme l’accusé, aurait servi au financement du terrorisme. « Il ne faut pas fermer les yeux : sans financement, pas de terrorisme », a déclaré mercredi le ministère public devant le tribunal de Rotterdam. La justice estime que Samir Azzouz n’en est pas à son premier essai en matière de terrorisme, rapporte AD.

À lire : Financement du terrorisme : comment le Maroc cherche à tarir les sources ?

Azzouz est bien connu des tribunaux néerlandais pour ses liens avec le terrorisme depuis plus de 20 ans. Il avait déjà été condamné à neuf ans de prison pour terrorisme et avait été libéré en septembre 2013. Il était membre du Hofstadgroep, un réseau de jeunes musulmans radicaux.

À lire :Blanchiment d’argent et financement du terrorisme : le Maroc durcit son arsenal juridique

Selon le ministère public, il n’y a aucun doute sur le fait que Samir s’est rendu coupable de financement du terrorisme. Certaines femmes à qui il a remis les sommes collectées par le biais d’un système bancaire clandestin, ont été condamnées à des peines de prison aux Pays-Bas et d’autres se trouvent probablement encore dans la région syrienne d’Idlib, considérée comme l’un des derniers bastions de l’EI en Syrie.

À lire : Maroc : un Syrien, derrière le financement de la cellule terroriste

Selon l’avocate de Samir, l’accusé ne voulait qu’aider des femmes en difficulté et n’avait aucune idée de la portée des actes qu’il posait à l’époque. Pour Tamara Buruma, Samir aurait pu être encouragé pour son geste humanitaire envers ces femmes et leurs enfants. « Les pères qui avaient auparavant réussi à faire sortir leurs filles, comme Laura H., du territoire de l’EI, étaient considérés comme des héros ». Pour elle, Samir ne devrait pas être puni. « Il devait choisir entre deux maux : aider, au risque d’être détenu, ou ne pas aider et laisser la situation de ces personnes se dégrader. Il a fait passer l’intérêt supérieur en premier ».

Sujets associés : Pays-Bas - Terrorisme - Procès - Etat islamique - Daech

Aller plus loin

Maroc : un Syrien, derrière le financement de la cellule terroriste

Lors d’une conférence de presse organisée lundi à Salé, Abdelhak Khiame, Directeur du Bureau central d’Investigation judiciaire (BCIJ), a déclaré qu’un Syrien en lien avec la...

Financement du terrorisme : comment le Maroc cherche à tarir les sources ?

Afin de réduire le risque de financement du terrorisme, le ministère de l’Intérieur a publié un guide destiné aux associations qui sont des cibles vulnérables. Une manière pour...

Pays-Bas : une Marocaine accusée d’avoir tué son mari avec l’aide de son amant

Mimoun Bergoual, 66 ans, originaire d’Oud Ade aux Pays-Bas, a été retrouvé mort dans sa maison le 29 décembre 2020. Sa femme Latifa T., 40 ans, son amant, Zakaria C., 25 ans, et...

Lueur d’espoir pour les Marocains détenus en Syrie et en Irak

Une rencontre réunira très prochainement la mission parlementaire dédiée aux Marocains bloqués et détenus en Syrie et en Irak. Cette première rencontre représente un signe...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

Le séisme au Maroc est une « punition divine »

Des partisans d’Al-Qaïda et de l’État islamique (EI) estiment que le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc est une « punition divine ». Sans manquer de critiquer l’aide internationale dont bénéficient les victimes.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...