Pénurie d’eau : le Maroc bénéficie d’un projet européen

8 juillet 2022 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : A.P

Pour prévenir la pénurie d’eau en temps de sécheresse dans les pays du bassin méditerranéen, dont le Maroc, le projet « Elargissement inclusif des actions de restauration des agroécosystèmes méditerranéens » (REACT4MED) a été miss en place.

Chaque année, la région méditerranéenne perd environ 0,5 tonne de sol fertile par hectare en raison de l’érosion des sols, soit près du double de la moyenne européenne selon le projet européen PRIMA REACT4MED, qui vise à restaurer les écosystèmes agricoles méditerranéens et à prévenir la dégradation des sols et la désertification.

Le projet, qui sera mis en œuvre jusqu’en 2025, va contribuer à apporter des connaissances scientifiques plus approfondies afin de permettre aux responsables de proposer des solutions pour la gestion durable des terres et des eaux. En d’autres termes, le projet REACT4MED vise le développement social et économique de la Méditerranée, à travers des actions comme le reboisement des terres, la prévention de l’érosion, la conservation de l’humidité des sols, la gestion intégrée ou biologique de la fertilité des sols, l’utilisation des ressources en eau, etc.

À lire : Le Maroc parmi les pays les plus touchés par la pénurie d’eau d’ici 2040

Le Maroc, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, l’Allemagne, Chypre, Israël, la Turquie et l’Égypte participent à ce projet. La plupart de ces pays souffrent de pénurie d’eau et disposent de moins de 1 000 mètres cubes d’eau par habitant et par an. Pour une gestion durable de l’eau, il est urgent d’optimiser à la fois la sélection des cultures et l’efficacité de l’utilisation de l’eau tout au long de la chaîne de production, en tenant compte du lien eau-énergie.

Le projet vise aussi à contribuer à assurer la disponibilité de l’eau en termes de qualité et de quantité, ainsi qu’à améliorer la gestion des eaux usées. L’objectif à terme est de développer des solutions innovantes et économiques en énergie afin d’accroître l’efficacité et la durabilité de l’approvisionnement en eau dans les sociétés euro-méditerranéennes.

Sujets associés : Eau

Aller plus loin

Sécheresse : crainte de pénurie d’eau à Rabat et Casablanca

La crainte de la soif plane sur les villes de Rabat et Casablanca, touchées par une sécheresse qui dure depuis plusieurs mois. Un plan d’urgence est mis en place par les autorités.

Maroc : des camions-citernes pour parer à la pénurie d’eau

Le ministère marocain de l’Intérieur a activé le programme d’urgence d’approvisionnement en eau potable par camions citernes au titre de l’année 2021. La canicule et la pénurie...

Maroc : elle transforme le brouillard en eau potable

Au Maroc, une femme a développé une idée pour le moins brillante pour éviter des pénuries d’eau dans une région du royaume touchée par des sécheresses à répétition.

Maroc : voici les principales mesures prises pour éviter les pénuries d’eau

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouvernement a demandé aux autorités locales et régionales de prendre des mesures urgentes pour réduire le gaspillage de l’eau, voire de...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Une entreprise canadienne pour le traitement des rejets de la station de Bouregreg

Aquatech Maroc, filiale du groupe Aquatech International basé au Canada, a été retenue au terme de la procédure de sélection de l’entreprise qui aura en charge la gestion et l’exploitation des installations et ouvrages de l’unité de traitement des...

La Banque mondiale alerte sur le risque de « stress hydrique » et de sécheresse au Maroc

Le Maroc est menacé par le « stress hydrique », des déficits pluviométriques réguliers et la sécheresse, a alerté la Banque mondiale qui souligne que ces facteurs auront « à long terme » un impact « grave » sur l’économie du royaume.

Maroc : le hammam, un plaisir de plus en plus cher

Face à la sécheresse, les autorités marocaines ont décidé de frapper fort. Depuis le mois dernier, les stations de lavage et les bains, traditionnels et modernes, sont contraints de fermer trois jours par semaine. Une décision qui fait grincer des...

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Face à la crise de l’eau, le Maroc prend des mesures urgentes

Le déficit en eau potable préoccupe le ministre de l’Équipement et de l’Eau, qui a présidé en fin de semaine dernière la réunion du Comité national chargé du suivi de la situation de l’eau.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce mardi

Face à la rareté des pluies, le roi Mohammed VI a une nouvelle fois ordonné l’accomplissement de prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.