Le Pérou veut acheter des engrais au Maroc

7 mai 2022 - 16h00 - Monde - Ecrit par : A.P

Le Pérou veut allouer la somme de 900 millions de sols (22 millions d’euros) pour l’achat d’engrais et d’urée au Maroc et dans d’autres pays afin de faire face à la pénurie d’intrants agricoles dans le pays.

Le ministre péruvien du Développement agricole et de l’irrigation, Oscar Zea, a annoncé vendredi que le pays va acheter des engrais à l’étranger et notamment au Maroc, dans un processus transparent. Dans ce cadre, son département a déjà présenté une proposition au ministère de l’Économie et des finances afin qu’il autorise en urgence la mise à disposition de 900 millions de shillings pour finaliser l’achat de ces engrais, fait savoir Gestion.

À lire : Engrais : le Guyana demande de l’aide au Maroc

« Il y a eu des pourparlers avec les gouvernements du Maroc, du Venezuela et de la Bolivie… Des dispositions logistiques sont en train d’être prises afin que ces intrants parviennent rapidement aux agriculteurs », a ajouté le ministre, précisant que ces derniers pourront aussi bénéficier de nouveaux crédits à des taux d’intérêt bas, ceci dans le but de faciliter l’accès au financement aux petits producteurs qui ont été durement touchés par la pandémie.

Sujets associés : Agriculture - Pérou

Aller plus loin

Maroc, 1er exportateur mondial d’engrais

Avec la mise en service de la troisième usine de production du groupe OCP, qui a nécessité un investissement total de 5,2 milliards de dirhams, le Maroc confortera sa place de...

Engrais : le Maroc pourrait détenir la clé de l’approvisionnement alimentaire mondial

Le Maroc, un des quatre premiers exportateurs d’engrais au monde, avec la Russie, la Chine et le Canada, pourrait devenir la clé de l’approvisionnement alimentaire mondial. Mais...

Engrais : le Guyana demande de l’aide au Maroc

Le Guyana est en pourparlers avec le Maroc, afin d’obtenir de celui-ci son aide en ces temps de flambée du prix des engrais.

Engrais : le Maroc «  lâche  » le Pérou après la reprise de ses relations avec la « RASD »

Le député du parti Rénovation Populaire au Congrès, José Cueto, a déclaré que le Maroc a décidé de reprendre au Pérou un « navire contenant 50 000 tonnes d’urée » après que le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes phréatiques.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

L’OCP s’empare de 50% de l’espagnol GlobalFeed

L’Office Chérifien des Phosphates (OCP) confirme avoir réussi l’acquisition de 50 % du capital de la firme espagnole GlobalFeed. Cette transaction a été réalisée en partenariat avec l’entreprise d’engrais Fertinagro Biotech, également basée en Espagne.

Agriculture : appel au renforcement de la coopération entre le Maroc et Israël

Le ministre israélien de l’Agriculture appelle le Maroc et l’État hébreu à s’investir davantage dans le développement du secteur agricole à travers la signature d’accords de partenariat.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Tomate marocaine : vers une hausse des exportations en Europe ?

La tomate marocaine pourrait profiter de la crise agricole qu’entrevoit l’Europe cette année. Un rapport de la commission prévoit une baisse de la production et de la consommation, les importations devant par conséquent augmenter.