États-Unis : le Michigan veut importer de l’engrais du Maroc

20 mai 2022 - 20h40 - Monde - Ecrit par : A.T

Pour faire face à la hausse du prix de l’engrais sur le marché américain, des fermiers ont demandé au Congrès d’adopter une résolution facilitant l’importation des engrais et dérivés du Maroc.

Il s’agit des agriculteurs de l’État de Michigan qui ont incité leur sénat à prendre une résolution contre la hausse des prix des engrais qui fragilise la production agricole. Dans cette disposition portée par le Républicain Curt VanderWall, le Sénat a invité les législateurs à demander à la Commission du commerce international des États-Unis de supprimer temporairement les droits de douane sur les importations d’engrais en provenance du Maroc.

Plus précisément, la résolution du Sénat (SR 139) énonce  : « l’industrie agricole du Michigan est d’une importance vitale pour l’économie de l’État. En tant que deuxième système agricole le plus diversifié de notre pays, il apporte chaque année plus de 104,7 milliards de dollars en activité économique à l’État. Plus de 800 000 personnes travaillent dans l’industrie agricole du Michigan et s’occupent de près de 11 millions d’acres de terres. »

A lire : États-Unis : les agriculteurs dénoncent la surtaxation des engrais marocains

Selon le sénateur, « les prix des engrais aux États-Unis sont maintenant à un niveau record. Dans certains cas, ils ont plus que triplé ; c’est un problème très grave et ces prix ne sont pas durables. »

Et d’ajouter : « nous avons entendu des agriculteurs qui envisagent de ne pas fertiliser ou de ne pas planter du tout cette année en raison du coût exorbitant des engrais. On ne saurait trop insister sur l’importance de nos agriculteurs pour la chaîne alimentaire, pour l’avenir du Michigan et pour l’avenir de l’Amérique. Lorsque les agriculteurs font face à des coûts croissants, les gens ordinaires finissent par dépenser plus pour la nourriture. Avec les prix où ils sont, l’inaction n’est pas vraiment une option en ce moment. Cette résolution soutient non seulement nos agriculteurs, mais en fin de compte les habitants du Michigan. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Agriculture

Aller plus loin

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des...

La BAD compte sur le Maroc pour éviter une crise alimentaire en Afrique

Face à la famine qui guette l’Afrique à cause de la guerre en Ukraine, l’Office Chérifien des phosphates (OCP), géant marocain des phosphates et la Banque africaine de...

Engrais : le Maroc va-t-il surclasser la Russie ?

Le Maroc pourrait surclasser la Russie contre qui des sanctions européennes ont été prises en matière d’exportations d’engrais. Pour preuve, la guerre russo-ukrainienne produit...

L’Inde veut acheter des engrais au Maroc

Afin de sécuriser ses récoltes, l’Inde entend conclure des accords avec le Maroc pour s’approvisionner en engrais. La saison du kharif (cultures d’été) s’installe.

Ces articles devraient vous intéresser :

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.