Appel à exclure la « RASD » de l’Union africaine

19 juin 2021 - 23h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Lors d’un séminaire organisé, en milieu de semaine, par l’Institut Panafricain de Stratégies, un think tank sénégalais, sur le thème « penser la question du Sahara et promouvoir des solutions innovantes », des experts, des personnalités politiques, des universitaires et d’éminents membres de la société civile ouest-africaine ont appelé à la suspension de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD)  » de l’Union africaine.

Une trentaine d’experts, de personnalités politiques, de membres de groupes de réflexion, d’universitaires et d’éminents membres de la société civile ouest-africaine, du Sénégal, du Cap-Vert, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Mali et la Mauritanie ont participé à ce séminaire hybride (virtuel et présentiel) à dimension sous-régionale, rapporte la MAP. Dans un communiqué, l’Institut Panafricain de Stratégies (IPS) a indiqué que le format du séminaire a été celui d’un brainstorming, un exercice qui a permis, d’initier une réflexion intellectuelle et scientifique de haute facture tout en formulant des réponses innovantes à la question du Sahara. Selon les participants, cette question constitue un frein à la marche de l’Afrique vers le progrès, la paix et la concorde.

À lire : Ned Price s’exprime à nouveau sur le Sahara

Le séminaire s’est articulé autour de cinq axes de réflexion. Le premier axe des travaux est centré sur le thème « penser la question du Sahara comme une opportunité pour refonder et réhabiliter l’UA en gelant la présence en son sein d’une entité non-étatique séparatiste ». Les participants ont examiné le gel de la présence de la “RASD” des rangs de l’UA et sa « suspension effective, dans les plus brefs délais, comme moyen de rectifier une injustice et de permettre ainsi à l’organisation panafricaine de jouer le rôle de soutien crédible et légitime au processus onusien ». Ils ont appelé à rectifier « l’aberration juridique et l’anomalie historique » qu’est l’admission de la “RASD” au sein de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA).

À lire : Une tribune à charge contre le Maroc

Le deuxième axe de réflexion portait sur le statut de “membre” accordé à la “RASD” au sein de l’UA, considéré comme une « anomalie historique » héritée de l’OUA et qui décrédibilise l’UA définie par son Acte Constitutif comme étant « une organisation d’États indépendants et souverains ». Les séminaristes ont nourri des réflexions sur les circonstances de l’admission de la “RASD” au sein de l’OUA puis son maintien au sein de l’UA, et les raisons juridiques pouvant corriger ce qui a été unanimement considéré comme étant « a minima une anomalie, au pire à une aberration consciente ». Le troisième axe de débat traite du différend régional autour du Sahara comme un obstacle à l’intégration socio-économique, politique et humaine du Nord de l’Afrique « paralysé depuis plusieurs décennies au grand détriment de ses peuples frères ».

À lire : Sahara : le Maroc en mode reconquête

Les participants au séminaire de Dakar ont relevé qu’il demeure évident que ce différend régional entrave, à ce jour, une contribution tangible de la région au développement socio-économique du continent et fait de cette zone, pourtant riche en opportunités économiques et en capital humain, la région la moins intégrée d’Afrique. Dans le quatrième axe, les participants ont abordé le différend régional autour du Sahara comme un blocage à la pacification de l’espace sahélo-saharien et comme un frein majeur à la coordination victorieuse de la lutte contre le jihado-terrorisme dans le Sahara, le Sahel et dans toute l’Afrique sub-saharienne. Selon eux, « ce différend artificiel sciemment entretenu pour servir de prétexte à l’agression contre l’intégrité territoriale d’une nation pluriséculaire et souveraine de l’Afrique du Nord » participe à « l’aggravation de la crise sécuritaire et à la prolifération des entrepreneurs de la violence jihado-terroriste et des criminels narcotrafiquants ».

Le cinquième et dernier axe du séminaire porte sur le thème « penser la question du Sahara dans la perspective du plan d’autonomie proposé par le royaume du Maroc, jugé ‘sincère, crédible et réaliste’ par les Nations Unies et par la majorité des États africains ». Pour les séminaristes, le plan d’autonomie proposé par le Maroc est une solution équilibrée de compromis, car elle pose les bases d’une autonomie au Sahara, à travers la mise sur pied, au niveau local d’instances et institutions exécutives, législatives et judiciaires dotées de compétences propres.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Sénégal - Sahara Marocain - Union Africaine (UA) - République Arabe Sahraouie démocratique (RASD)

Aller plus loin

Le Maroc et la Russie parlent du Sahara

L’ombre du Sahara continue de planer sur les relations entre la Russie et le Maroc. Lors de la réunion au Kremlin, l’ambassadeur du royaume à Moscou Lotfi Bouchraara a rencontré...

Sahara : le Maroc en mode reconquête

Lentement mais sûrement, le Maroc essaie de reconquérir « les points considérés comme des zones libérées par le Polisario » au Sahara. Toutefois, les tensions entre le royaume...

Colère du Polisario après une visite de la Croix rouge au Sahara

La visite d’une délégation du Comité international de la Croix rouge (CICR) en coordination avec les autorités marocaines à Laâyoune et Dakhla n’est pas du goût du Polisario. Le...

Rupture avec le Polisario : le Kenya fait-il volte-face ?

Le nouveau président kényan, William Ruto, a supprimé mercredi son tweet dans lequel il a annoncé quelques heures plus tôt la rupture des relations diplomatiques avec la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Une boule de feu aperçue dans le ciel marocain

Une boule de feu a été aperçue dans une grande partie du Maroc, notamment au Sahara. L’image a été capturée en début de semaine par les caméras de Playa Blanca à Lanzarote (Canaries).

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Sahara : un drone marocain abattu par le Polisario ?

Des images montrant un drone prétendument marocain abattu par le Polisario dans le Sahara circulent sur les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il en réalité ?

Le Maroc déploie de grands moyens pour surveiller ses frontières

Le Maroc mobilise d’importantes ressources matérielles et humaines pour contrôler et surveiller ses frontières terrestres longues de 3 300 km et maritimes sur une distance de 3 500 km en plus de l’espace aérien.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.