Pour le Maroc "la Libye n’est pas un fonds de commerce diplomatique"

10 juillet 2020 - 09h00 - Monde - Ecrit par : Bladi.net

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le Maroc, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, vient à nouveau, de préciser sa position sur la crise libyenne.

La solution doit être politique, pas militaire. Cette solution doit venir des Libyens eux-mêmes, et doit garantir l’unité, la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays. Voilà l’une des nombreuses déclarations du ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Il a tenu ces propos mercredi, lors d’une réunion virtuelle devant le Conseil de sécurité de l’Onu qui a connu la participation d’une trentaine de ministres des Affaires étrangères.

Son intervention matérialise la position du royaume face à la détérioration continue de la situation en Libye sur les plans politique, sécuritaire, économique et humanitaire. Le patron de la diplomatie marocaine tient à l’Accord de Skhirat. Même si ce dernier n’est pas parfait, aucune alternative valable n’est sur la table. Le ministre estime qu’il faut être réaliste et pragmatique dans le traitement de ce dossier. Pour cela, il préconise que les dispositions de cet Accord soient ajustées et mises à jour, par les Libyens eux-mêmes.

Parlant de déception, le ministre a déploré la prolifération des initiatives qui produit un effet contraire. Ce qui justifie son réquisitoire : « La Libye n’est pas un fonds de commerce diplomatique ». Puis, il déplore les interventions étrangères qui ne servent pas les intérêts de ce pays et n’aident pas les protagonistes libyens à transcender leurs intérêts particuliers pour s’élever vers l’intérêt commun de tous les Libyens. Il faut un consensus international traduit par des actions fortes et concrètes. Nasser Bourita estime en outre que la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (Manul) reste un instrument important. Cependant, il convient de la renforcer et de la restructurer. Le patron de la diplomatie marocaine lie la situation en Libye à la stabilité de son pays. Et il affirme à ce sujet que : « La Libye n’est pas seulement voisine du Maroc. C’est un pays frère avec lequel nous partageons une histoire commune, des liens communs, des intérêts et un destin commun. Notre stabilité et notre sécurité dépendent de la situation en Libye ».

Pour finir, Nasser Bourita a fait le point sur le plan humanitaire et économique avec des statistiques peu reluisantes relatives aux personnes déplacées de même que la baisse de la croissance du PIB et l’augmentation du taux d’inflation.

Sujets associés : ONU - Libye - Nasser Bourita

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Le Canada salue l’implication du Maroc dans le règlement de la crise libyenne

Le Canada a félicité le Maroc pour son engagement au service du règlement de la crise libyenne. Selon la porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, Patricia...

Libye : la réunion de Tanger, une réussite

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita affirme que les résultats de la réunion consultative de la...

Nous vous recommandons

ONU

Omar Hilale s’en prend à l’Algérie

L’ambassadeur, Représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, a récusé les allégations du représentant de l’Algérie sur le Sahara marocain. Son intervention est intervenue au cours de la réunion ministérielle virtuelle du Mouvement des...

Boycott des produits israéliens : la France condamnée

La justice européenne a condamné la France pour violation de la liberté d’expression et pour discrimination économique. Cette décision de la Cour européenne des droits de l’homme fait suite à l’affaire des appels à boycott des produits...

Lutte contre le racisme systémique : l’appel de l’ONU à la France

Le haut-commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU appelle plusieurs États dont la France à avoir recours davantage aux statistiques ethno-raciales et à prendre « des mesures immédiates » pour lutter contre « le racisme systémique ». Une recommandation...

Europe : la pastèque marocaine supplante celle d’Almeria

En 2020, la pastèque marocaine a supplanté le produit d’Almeria sur les marchés français et néerlandais. C’est ce qu’indiquent les données élaborées par Hortoinfo à partir des services statistiques COMTRADE, la Division des statistiques des Nations Unies (ONU)...

Sahara : les États-Unis saluent la visite de Staffan de Mistura au Maroc

Les États-Unis saluent la toute première tournée au Maghreb de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU au Sahara, Staffan de Mistura. Rabat est le point de départ de cette visite.

Libye

Israël pourrait réclamer au Maroc de l’argent pour avoir expulsé des juifs

Le Maroc est l’un des pays arabes auxquels le gouvernement d’Israël a l’intention de réclamer près de 250 milliards de dollars. Cette somme sera versée comme dédommagement sur les avoirs et les biens laissés par les juifs partis après la proclamation de...

Pour le Maroc "la Libye n’est pas un fonds de commerce diplomatique"

Le Maroc, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, vient à nouveau, de préciser sa position sur la crise libyenne.

Une lueur d’espoir pour les Marocains bloqués en Libye

Le Maroc s’active pour le rapatriement de ses ressortissants bloqués en Libye. À la manœuvre, les services des Affaires étrangères et leurs homologues libyens.

Les pourparlers Libyens reprennent au Maroc

En vue de mettre fin à la crise libyenne, les pourparlers ont repris à Bouznika vendredi soir, avec six délégués libyens. La clé de la réconciliation en Libye passe par le royaume.

Covid-19 : la gestion de l’épidémie approuvée par 86% des Marocains

Comment le Maroc a-t-il affronté la crise sanitaire, en comparaison aux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ? Le gouvernement a-t-il su mener sa «  guerre contre le Covid  » ? Où le Maroc a-t-il commis des erreurs ? Qu’a-t-il-fait de bien ? Douze mois...

Nasser Bourita

Participation au sommet arabe : Mohammed VI pose des conditions

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita a donné, pour la première fois, des nouvelles de la participation du roi Mohammed VI au sommet de la ligue arabe en Algérie. Le souverain marocain « conditionne son déplacement à une atmosphère saine »...

Maroc-Espagne : rencontre manquée entre Bourita et Albares

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, n’a pas effectué le déplacement à Barcelone pour prendre part au forum ministériel de l’Union pour la Méditerranée (UPM) qui s’est ouvert ce lundi, rendant impossible sa rencontre avec son homologue...

Pour le Maroc "la Libye n’est pas un fonds de commerce diplomatique"

Le Maroc, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, vient à nouveau, de préciser sa position sur la crise libyenne.

Blinken et Bourita veulent renforcer les relations entre le Maroc et les États-Unis

Le ministre marocain des Affaires étrangères a été reçu ce lundi après-midi par son homologue américain. Au cœur des échanges entre Nasser Bourita et Antony Blinken, le renforcement des relations entre le Maroc et les...

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.