Les premiers agriculteurs sont arrivés d’Espagne au Maroc il y a 7 400 ans

10 juin 2023 - 18h10 - Maroc - Ecrit par : A.P

Les premiers agriculteurs sont arrivés au Maroc il y a 7 400 ans, en provenance d’Espagne. C’est ce que révèle une étude génétique des os et des dents de neuf individus trouvés dans le royaume, dont les résultats ont été publiés mercredi dans la revue Nature.

Menée par une équipe de chercheurs marocains, espagnols et suédois dirigée par la biologiste évolutionniste Luciana G. Simões de l’Université d’Uppsala, cette étude sur l’ADN de neuf individus dont les restes ont été trouvés dans quatre sites au Maroc et datant d’il y a entre 7 600 et 5 700 ans, révèle que l’agriculture a été introduite au Maroc par des migrants venus de la péninsule ibérique au début du Néolithique. La population de la région a rapidement adopté ce mode de vie basé sur l’agriculture et l’élevage, fait savoir El Español.

Les analyses des restes trouvés sur le site le plus ancien, la grotte de Taforalt, datant d’environ 14 500 ans, ont révélé une ascendance liée aux groupes subsahariens et aux populations de chasseurs-cueilleurs du Levant méditerranéen. À Ifri n’Amr o’Moussa, l’ADN trouvé montre une continuité génétique dans la région d’au moins 7 000 ans, tandis qu’à Kehf el Baroud au nord, les restes trouvés révèlent l’existence d’une communauté agricole vieille de 5 700 ans.

À lire : Etonnante découverte de chercheurs marocains dans des grottes en Espagne et au Maroc

Dans la grotte d’Ifri Ouberrid, les restes trouvés datent d’il y a environ 7 600 ans, et a un profil génétique similaire à ceux trouvés à Taforalt et Ifri n’Amr o’Moussa, confirmant la continuité démographique et culturelle de la région pendant une longue période. Sur le site de Kaf Taht el-Ghar, des preuves de culture de céréales, d’élevage et de céramiques cardiales imprimées, caractéristiques de la période néolithique, ont été découvertes.

Selon les chercheurs, 75 % de l’ADN de quatre des restes d’individus trouvés provient de populations européennes néolithiques. Les restes de trois individus trouvés à Skhirat Rouazi, dans l’ouest du Maroc, datant d’environ 6 400 ans, et à Kehf el Baroud ont été aussi analysés. « Cette recherche met en évidence un modèle de migration humaine et de métissage génétique plus complexe et dynamique au Maroc », déclare Abdeljalil Bouzouggar, chercheur à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat.

Sujets associés : Espagne - Agriculture - Recherche - Archéologie

Aller plus loin

Les mystères de l’ancien Sahara vert dévoilés par des chercheurs

Des chercheurs de l’Institut catalan de paléoécologie humaine et d’évolution sociale (IPHES) et de l’Université Mohammed V d’Oujda, qui mènent depuis 2006 des fouilles dans le...

Etonnante découverte de chercheurs marocains dans des grottes en Espagne et au Maroc

Des scientifiques espagnols et marocains ont démontré des similitudes dans les objets trouvés et les dessins artistiques dans certaines grottes paléolithiques au sud de...

Une équipe maroco-polonaise d’archéologues fait une importante découverte à Volubilis

Des archéologues marocains et polonais dirigés par le professeur Radosław Karasiewicz-Szczypiorski de l’université de Varsovie ont découvert, près de Volubilis, une tour...

Des chercheurs espagnols reconstituent le régime alimentaire d’un vieux macaque découvert au Maroc

Des chercheurs de l’Institut catalan de paléoécologie humaine et d’évolution sociale (IPHES-CERCA) et de l’Université de Barcelone (UB) ont réussi à reconstituer le régime...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’existence du monstre du Loch Ness confirmée par une découverte des fossiles au Sahara ?

Des scientifiques ont découvert des fossiles de petits plésiosaures, des reptiles marins à long cou de l’âge des dinosaures, dans un système fluvial vieux de 100 millions d’années dans le désert du Sahara marocain et jugent « plausible à certains...

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Des chercheurs espagnols reconstituent le régime alimentaire d’un vieux macaque découvert au Maroc

Des chercheurs de l’Institut catalan de paléoécologie humaine et d’évolution sociale (IPHES-CERCA) et de l’Université de Barcelone (UB) ont réussi à reconstituer le régime alimentaire et l’habitat d’un macaque vieux de 2,5 millions d’années dont les...

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Exploitation de terres rares : le Maroc signe un accord avec Rainbow

Le géant britannique Rainbow Rare Earths vient de conclure un accord tripartite avec le groupe marocain de phosphates et d’engrais OCP et l’Université polytechnique Mohammed VI en vue de l’extraction et la transformation des terres rares.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

L’OCP s’empare de 50% de l’espagnol GlobalFeed

L’Office Chérifien des Phosphates (OCP) confirme avoir réussi l’acquisition de 50 % du capital de la firme espagnole GlobalFeed. Cette transaction a été réalisée en partenariat avec l’entreprise d’engrais Fertinagro Biotech, également basée en Espagne.