Prix du mouton : les Marocains auront-ils les moyens de célébrer l’Aïd Al-Adha ?

11 juin 2023 - 07h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

Au Maroc, la hausse vertigineuse du prix des moutons risque de compromettre la célébration de l’Aïd Al-Adha par plusieurs familles. Les prix de ces bêtes ont grimpé de 20 à 40 % par rapport à l’année dernière.

Malgré l’assurance du chef du gouvernement, Aziz Akhannouh, qui déclarait le 9 mai devant le parlement que l’Aïd Al-Adha ne sera pas annulé et que l’Exécutif travaille à réguler les prix pour garantir la disponibilité suffisante de moutons, l’inquiétude gagne de nombreux Marocains qui se demandent s’ils pourront sacrifier à cette tradition en cette année marquée par une inflation inédite qui avoisine les 10 %.

Selon les prévisions du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, le prix du mouton devrait augmenter de 15 à 25 % par rapport à l’année dernière. Mais la hausse pourrait aller jusqu’à 40 % en raison de la sécheresse qui frappe durement le royaume, la pire jamais enregistrée depuis 40 ans selon les éleveurs, et de l’inflation des prix des intrants nécessaires à l’engraissage des bêtes, conflit russo-ukrainien oblige. Une situation difficile à vivre pour les ménages marocains à faible revenu, dont le pouvoir d’achat s’est considérablement amenuisé.

À lire : Prix des moutons : l’Aïd al-Adha menacé au Maroc ?

Pour sa part, le gouvernement maintient la célébration de l’Aïd Al-Adha. Pour maîtriser la flambée des prix, il avait décidé d’importer un million de moutons en provenance d’Espagne, d’Italie et de Roumanie pour atteindre 6,5 millions de bêtes, contre une demande estimée à 5,5 millions. Pour le moment, on est encore loin du compte. Une campagne digitale avec le hashtag #annulation de l’Aïd Al-Adha a été lancée par les internautes, face à la cherté du prix des ovins et caprins.

Plusieurs Marocains songent sérieusement à renoncer à la célébration de l’Aïd prévue fin juin. D’autres tiennent, malgré tout, à accomplir ce rituel. Mais ils devront en payer le prix fort, parce qu’à la hausse du prix du mouton, se greffe celle des produits alimentaires qui est de 16,8 %, selon le HCP. Par ailleurs, les Marocains, en ce début de saison estivale, auront à choisir entre célébrer l’Aïd Al-Adha ou partir en vacances. Pour certains, les choix est déjà fait.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Importations - Prix - Aïd al-Adha 2024 - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime

Aller plus loin

Aïd al-Adha : des moutons engraissés avec de la fiente de volaille

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha prévue fin juin, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) du Maroc multiplie les...

Très cher Aid al adha pour les Marocains

L’augmentation continue du prix de la viande au Maroc affecte le coût du sacrifice de l’Aïd Al-Adha pour de nombreux ménages marocains.

Aid al-Adha : voici le prix de l’abattage à Casablanca

La ville de Casablanca, par l’intermédiaire de la Société de développement local (SDL) Casablanca Prestations, vient d’annoncer le prix de l’abattage dans les abattoirs publics.

Aid al-Adha : voici le prix de l’abattage à Rabat

En prévision de la fête de l’Aïd al-Adha, qui sera célébrée jeudi prochain au Maroc, la ville de Rabat vient de divulguer le prix de l’abattage.

Ces articles devraient vous intéresser :

Importation de devises par les Marocains résidant à l’étranger : Ce qu’il faut savoir

Pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE), l’importation de devises au Maroc nécessite certaines formalités essentielles qu’il faut absolument connaître. Que vous rentriez avec des devises sous forme de billets de banque ou d’instruments...

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Aid al Adha : 1 434 personnes graciées par le roi Mohammed VI

À l’occasion de à l’occasion de l’Aïd Al Adha, célébrée ce jeudi 29 juin au Maroc, le Roi Mohammed VI a accordé sa grâce à 1 434 personnes condamnées par différents tribunaux du Royaume.

Maroc : une taxe fait exploser le prix des téléphones

La commission des Finances à la Chambre des conseillers a revu à la baisse le droit d’importation appliqué aux smartphones. Ce qui semble être une bonne nouvelle s’avère très désavantageux pour les distributeurs locaux et les consommateurs.

Aïd Al-Adha : le Maroc va importer un million de têtes de bétail

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le gouvernement s’active pour satisfaire les besoins de la population. En tout, un million de têtes sera bientôt importé.

Maroc : faire du thé à la menthe coûtera plus cher

Les prix du thé vert sont restés stables au Maroc, malgré la volatilité des cours internationaux des matières premières. Mais jusqu’à quand cette stabilité sera-t-elle maintenue ?

L’Aïd al-adha sera-t-il célébré cette année au Maroc ? Akhannouch répond

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a confirmé que l’Aïd Al-Adha aura bien lieu au Maroc cette année. S’exprimant devant la Chambre des représentants lors de la session mensuelle dédiée à la politique générale de l’Exécutif, il a déclaré : « La...

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.