France : Salah Abdeslam se dépeint comme « quelqu’un de gentil, de calme »

4 novembre 2021 - 08h20 - France - Ecrit par : G.A

Au 37ᵉ jour du procès des attentats du 13-Novembre 2015, la cour s’est donné pour mission de passer au peigne fin, la personnalité des accusés. Il s’agit de Salah Abdeslam, seul survivant du commando des attaques, Mohamed Abrini alias « l’homme au chapeau » et Yassine Atar, frère d’Oussama, probable planificateur des actions menées et qui a été tué en Syrie.

Mardi, le seul survivant du commando des attaques s’est présenté sous un jour complètement différent de celui qu’il montrait. Il a déclaré être « quelqu’un de gentil, de calme ». Alors qu’au début du procès, Salah Abdeslam faisait preuve d’une insolence à peine voilée et se réclamait « combattant de l’État islamique »

Aux questions de Jean-Louis Périès, président de la cour, Abdeslaam a répondu avec le plus grand calme, à l’étonnement général. De nationalité française, il est né en Belgique de parents Marocains. Il confie être « le quatrième d’une fratrie de cinq enfants, avec trois grands frères et une petite sœur ». Son père était chauffeur de tram à la Stib (Société des transports intercommunaux de Bruxelles) et sa mère était une femme au foyer. « Mon enfance a été très simple. J’étais quelqu’un de calme, gentil. Il y avait une bonne ambiance », soutient l’accusé aujourd’hui âgé de 32 ans, rapporte lci.fr.

À lire : Les confidences glaçantes de Salah Abdeslam sur les attentats du 13 novembre

La description faite par Salah Abdeslam n’avait rien à voir avec l’homme à la barbe épaisse, accusé d’être parmi les responsables de l’un des attentats les plus meurtriers qu’a connu la France. « Bon élève », « aimé » selon lui de ses professeurs, Salah Abdeslam obtient son bac et quitte la scolarité à 18 ans. Il est alors embauché à la Stib comme électromécanicien et répare les trams. À 21 ans, sa vie bascule pour une condamnation à cinq ans de prison pour avoir participé à une tentative de cambriolage « après une soirée alcoolisée », selon son récit.

À lire : Salah Abdeslam coûte 430 000  euros par an à la France

Après sa sortie de prison, il se retrouve au chômage, mais il parvient à acheter une camionnette et monte une petite société de déménagements qui fera vite faillite.
Il va collectionner de petits boulots sans réussir à se maintenir. Étant sur une pente raide, il fera l’objet d’autres condamnations, pour des faits de mauvaise conduite. « J’aime bien la vitesse », se justifie l’accusé. Le président ajoute qu’Abdeslam aurait été également « recherché pour des faits de terrorisme au Maroc », précisant que cet aspect sera étudié « ultérieurement ».

À lire : Mohamed Abdeslam : mon frère « était-il un pion qu’on a utilisé » ?

Abdeslam explique avoir connu une vie normale comme tout le monde. Comment est-il passé de cette vie « normale » à celle de « combattant » revendiqué de l’État islamique ? La réponse viendra de son ami d’enfance, Mohamed Abrini avec qui il a grandi à Molenbeek. « Salah et moi on a été percutés de la même manière. Il a perdu un frère, j’ai perdu un frère. Ce qui est arrivé c’est complètement dingue. Je sais que tout le monde le déteste. Mais moi c’est comme mon frère. On n’est pas sortis du ventre de nos mères comme ça, avec une kalachnikov dans nos mains », dit-il.

À lire : Salah Abdeslam demande à sa maman de lui pardonner

Depuis son interpellation en mars 2016, Abdeslam est isolé dans une cellule de 9 m² avec une fenêtre, un téléviseur, une cabine de douche et deux caméras qui le filment en permanence. « On me dit qu’on les a placées pour m’empêcher de me suicider, mais en vérité c’est l’inverse que ça me fait, ça m’a poussé à vouloir en finir avec cette vie-là », a-t-il précisé.

Sujets associés : France - Terrorisme - Procès - Attentat - Salah Abdeslam

Aller plus loin

Salah Abdeslam demande à sa maman de lui pardonner

Trois nouvelles lettres écrites par Salah Abdeslam, l’un des auteurs présumés des attentats de novembre 2015 à Paris, viennent d’être publiées par le magazine le Point. Elles...

Les confidences glaçantes de Salah Abdeslam sur les attentats du 13 novembre

Un document déclassifié en octobre dernier, et versé au dossier judiciaire, renseigne sur les confidences de Salah Abdeslam, seul survivant du commando des attentats du 13...

Perpétuité incompressible requise contre Salah Abdeslam

Démarré il y a neuf mois, le procès des attentats du 13 novembre est en train de vivre ces derniers jours. Vendredi, le ministre public a demandé la perpétuité incompressible à...

Guéri du Covid-19, Salah Abdeslam comparaît à nouveau

Salah Abdeslam, principal accusé du procès des attentats du 13 novembre 2015, est « apte sur le plan médical et sanitaire à assister aux audiences de la cour d’assises » de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc renforce son dispositif légal de lutte contre le terrorisme

Afin de lutter efficacement contre le terrorisme, le Maroc a décidé de renforcer son dispositif national en se dotant d’un centre national de traitement des informations relatives aux passagers et aux vols aériens.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...