Guéri du Covid-19, Salah Abdeslam comparaît à nouveau

11 janvier 2022 - 14h40 - France - Ecrit par : S.A

Salah Abdeslam, principal accusé du procès des attentats du 13 novembre 2015, est « apte sur le plan médical et sanitaire à assister aux audiences de la cour d’assises » de Paris. C’est ce qu’indique le rapport des experts commis par la justice.

Les audiences devraient normalement reprendre ce mardi 11 janvier. Dans leur rapport, l’infectiologue et le pneumologue commis par la cour d’assises présidée par Jean-Louis Périès ont conclu que Salah Abdeslam, “guéri” d’un Covid “modéré”, est apte à comparaître, rapporte L’Obs. Il avait été diagnostiqué postif au nouveau coronavirus le 27 décembre dernier. Le seul survivant du commando des attaques meurtrières « a présenté une infection à SARS-CoV-2 modérément symptomatique ayant débuté le 24 décembre 2021 », est « actuellement guéri de cette infection, avec uniquement une asthénie modérée résiduelle et une toux sèche intermittente », soulignent les experts, après avoir examiné le terroriste.

À lire : Les premiers mots de Salah Abdeslam au tribunal

« Depuis le 3 janvier 2022, en application des recommandations en vigueur les plus récentes, il est apte sur le plan médical et sanitaire à assister aux audiences de la cour d’assises », précisent-ils, ajoutant qu’au regard de la maladie infectieuse dont le principal accusé des attentats du 13 novembre 2015 a été porteur, aucune mesure médicale ne doit être prise en dehors d’un traitement symptomatique, traitement qui lui a été prescrit. « Un strict respect des mesures barrières s’impose à lui lors de la reprise des audiences, mais indépendamment de l’infection qu’il a présentée », soulignent encore les experts.

Sujets associés : France - Paris - Droits et Justice - Procès - Attentat - Salah Abdeslam

Aller plus loin

Salah Abdeslam, le détenu le plus coûteux de la France

La détention et la surveillance de Salah Abdeslam, seul rescapé du groupe de terroristes qui ont participé aux attentats du 13 novembre 2015 coûtent une somme colossale à l’État...

Ce que révèle le rapport de l’examen psychiatrique de Salah Abdeslam

Les experts ont déposé leur rapport de l’examen psychiatrique de Salah Abdeslam, pointant la « déshumanisation totalitaire » du seul survivant du commando des attentats du...

Salah Abdeslam coûte 430 000  euros par an à la France

Il a gagné le statut du prisonnier le plus surveillé en France. Salah Abdeslam est le seul membre encore en vie des commandos djihadistes qui, le 13 novembre 2015, ont provoqué...

France : Salah Abdeslam se dépeint comme « quelqu’un de gentil, de calme »

Au 37ᵉ jour du procès des attentats du 13-Novembre 2015, la cour s’est donné pour mission de passer au peigne fin, la personnalité des accusés. Il s’agit de Salah Abdeslam, seul...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.