Rachida Dati se voit en présidente de la République

29 septembre 2020 - 09h20 - France - Ecrit par : Bladi.net

L’ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati, se dit déterminée à se présenter à la prochaine présidentielle de 2022. «  Je veux être présidente  » a-t-elle déclaré dans "The Times".

Rachida Dati jure que « sa vie a été une succession de batailles »… Hier ministre de la Justice, aujourd’hui elle est le maire du VIIème arrondissement de Paris. Mais avant, elle a été ex candidate LR à la mairie de la capitale française.

Cette sortie médiatique a été l’occasion d’une rétrospective familiale. On découvre sa naissance dans une famille musulmane d’immigrants de la classe ouvrière. On apprend comment elle a fait sa scolarité dans une école primaire catholique. On sait davantage sur l’annulation d’un mariage qu’on lui imposait, puis sa première confrontation avec les milieux mondains de la capitale… Ces rappels qui ne sont pas anodins révèlent une Rachida Dati féministe, battante, qui ne recule devant rien et qui a su gravir lentement mais sûrement les échelons de la politique française jusqu’à décrocher un poste de ministre de la Justice entre 2007 et 2009, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, son «  mentor  ».

À la prochaine échéance fatidique, elle espère être la prochaine locatrice de l’Élysée. Elle y pense déjà. «  Elle qui a combattu l’élite française  » et compte ne pas s’arrêter en si bon chemin. Si en juillet dernier, lors d’une déclaration au Parisien, elle a dit de manière vague avoir « un rôle à jouer » pour cette présidentielle, cette fois-ci l’intention est claire même si elle s’en remet à sa famille politique à qui revient le dernier mot « de choisir un candidat pour 2022 ».

En dévoilant cette ambition d’être candidate à la présidentielle, elle avance ses idées. Il faut faire en sorte que : «  votre cause avance, que vous défendez vos valeurs et une communauté de destins, nécessairement il arrive un moment où vous vous dites, surtout quand vous voyez l’état du pays, cette bataille, peut-être que je pourrais la mener  », a affirmé l’ancienne ministre de la Justice. Au-delà de sa force de caractère qui est son premier atout maître, Rachida Dati mise sur l’actualité. Elle cite les nombreuses manifestations qui agitent le pays. Elle évoque la problématique de la hausse du chômage. « Nous avons des niveaux de chômage des jeunes, le taux de criminalité qui a explosé, une dette exponentielle  ».

Sujets associés : France - Elections - Rachida Dati

Aller plus loin

Rachida Dati sera-t-elle dans la course à la présidentielle de 2022 ?

L’ancienne garde des Sceaux, Rachida Dati se dit « plus déterminée que jamais à jouer un rôle » dans la présidentielle de 2022. Sera-t-elle candidate ?

Rachida Dati s’exprime sur le voile (vidéo)

Ancienne Garde des Sceaux, Rachida Dati était l’invitée du "Grand rendez-vous" sur Europe 1, le dimanche 20 octobre 2019. Durant l’émission, elle a affirmé que la montée du...

Lamia El Aaraje, candidate PS à la législative partielle, reçoit le soutien de Anne Hidalgo

La franco-marocaine Lamia El Aaraje, conseillère de Paris et élue du 20ᵉ arrondissement a reçu le soutien de la maire Anne Hidalgo dans sa course à la législative partielle...

Rachida Dati appelle à interdire le voile aux enfants

L’ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati estime que le projet de loi «  confortant le respect des principes de la République  » ne «  répond pas aux causes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Rachida Dati virée de « LR » après sa nomination au ministère de la Culture

Le président français, Emmanuel Macron, a nommé ce jeudi Rachida Dati, figure de la droite et ancienne ministre de la Justice, comme nouvelle ministre de la Culture.

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.