Suspendre le jeûne du Ramadan le temps de ses règles : un sujet difficile à aborder

2 avril 2022 - 21h20 - Ecrit par : A.S

Faut-il oui ou non arrêter le jeûne du Ramadan pendant ses menstrues ? La question revient à chaque Ramadan pour les femmes qui jeûnent, sans que la réponse ne soit réellement apportée de façon claire.

Le sujet est tabou et il faut souvent l’aborder avec tact. Pendant leur menstruation, la majorité des musulmanes arrêtent de jeûner pendant quelques jours, quitte à récupérer ces jours plus tard. C’est connu de tous, mais le problème se situe dans le fait de "s’afficher en train de manger pendant le Ramadan, s’attirer de nombreuses questions et être obligée d’y répondre". La gêne, c’est de trouver les mots pour expliquer à tous ceux qui posent la question, les raisons pour lesquelles vous mangez pendant que les autres jeûnent, indique terrafemina.com.

En France, ce même tabou des règles est ressenti par des musulmanes qui font le Ramadan. Latifa, qui travaille dans la publicité, raconte que "ça reste en quelque sorte secret ; il n’est pas question d’afficher son état et de se lever prendre son petit-déjeuner dans la cuisine comme tous les matins. Il y a une certaine pudeur, que ce soit envers les femmes comme envers les hommes. Dans tous les cas, il s’agit de faire semblant de jeûner et participer au repas le soir comme tout le monde comme si de rien n’était". Elle ajoute que "la peur d’être vue en train de manger, pousse beaucoup à mettre leur santé en danger".

Salma décrit la même situation. Même si elle travaille dans un environnement où il y a beaucoup plus de femmes. "J’essaie de ne pas forcément manger ou boire s’il y a mon patron par exemple. Il n’est pas musulman, il est très ouvert d’esprit ; mais c’est vrai que s’il me voit manger, il essaiera de comprendre pourquoi et je me vois mal lui expliquer la raison. J’essaie de changer mes habitudes et de me "décomplexer" depuis quelques années", raconte-t-elle.

Pour Nüum, une ancienne professeure de français devenue spécialiste en marketing, "si tu manges devant ton père par exemple, tu lui hurles à la figure que tu es indisposée et c’est "la honte” ". Par contre, Myriam ne le vit pas du tout comme ça. "Malgré une certaine rigueur sur des principes cultuels et culturels sur lesquels ma famille se base, je n’ai jamais vécu un rejet. J’ai arrêté le jeûne et repris une fois les règles terminées. On me disait de ne pas jeûner pendant, pas parce que considérée impure, mais parce que c’était éreintant". Elle ajoute que "le Ramadan est contre-indiqué chez les femmes enceintes, les enfants, les personnes âgées et en voyage. Est-ce qu’on va considérer ces personnes comme "impures" ? ". Pour elle, le jeûne est un cheminement personnel et une femme qui a ses menstrues pendant ce temps ne doit pas être exposée à des préjugés.

Tags : Religion - Ramadan 2022 - Santé

Nous vous recommandons

La mairie d’Orly ne veut pas de boucherie halal

La mairie d’Orly voit d’un mauvais œil l’ouverture d’une nouvelle boucherie halal — dont le gérant refuse de vendre du porc — en lieu et place de la charcuterie Pasquier et menace de lancer une procédure judiciaire, pour non-respect des clauses du...

Nasser Bourita veut simplifier la vie des MRE

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidents à l’étranger s’engage à améliorer la qualité des services rendus aux MRE. Dans ce sens, il entend notamment mettre en place une nouvelle carte consulaire et...

Gazoduc Maghreb-Europe : l’Algérie ne veut pas se soumettre au « chantage » du Maroc

L’Algérie a pris ses précautions en cas de non-renouvellement par le Maroc du contrat de concession du gazoduc Maghreb-Europe dont l’expiration arrive en novembre, assure Toufik Hakkar, le PDG de la compagnie algérienne de gaz...

Réouverture du ciel marocain : mise à jour de la liste A

Le Maroc a mis à jour sa liste A comprenant tous les pays ayant des indicateurs positifs en ce qui concerne le contrôle de la situation épidémiologique, en particulier la propagation des variantes du virus. De nouveaux pays comme la Libye, la Turquie et...

Jusqu’à 46 degrés prévus au Maroc

Plusieurs provinces marocaines vont connaître une vague de chaleur de vendredi 16 juillet à dimanche 18 juillet 2021, alerte la Direction générale de la météorologie (DMN).

Recrudescence du Covid-19 au Maroc : les craintes d’un expert

La situation épidémiologique est de plus en plus inquiétante au Maroc. Aujourd’hui, seuls la campagne de vaccination anti-Covid et le respect des mesures de précautions peuvent inverser la tendance.

« L’Algérie perçoit le Maroc comme un potentiel ennemi »

Luis Martinez, chercheur et spécialiste du Maghreb, par ailleurs directeur de recherche au CERI-Sciences Po affirme que « l’Algérie ne perçoit plus le Maroc comme un rival, mais comme un potentiel ennemi » et que la décision d’Alger de rompre ses relations...

15 ans après sa disparition, justice pour Thami Bennani

15 ans après la disparition de Thami Bennani, jeune de 17 ans, retrouvé mort sur une plage à Mohammedia, sa mère Hayat Alami, des influenceurs, des artistes, des sportifs et des journalistes, réclament...

Pas de hiloula au Maroc cette année

Le Conseil de la communauté israélite du Maroc rappelle que les rassemblements communautaires sont interdits dans le royaume en ces temps de Covid-19. Aucune hiloula n’est par conséquent autorisée. Ce rappel intervient suite à l’annulation in extremis...

Le Roi Mohammed VI et Pedro Sanchez réunis autour d’un Iftar

Sur invitation du roi Mohammed VI, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez effectuera le jeudi 7 avril, une visite officielle au Maroc, dans le cadre du renforcement des relations bilatérales entre le Maroc et...