Recettes fiscales : le FMI fait des recommandations au Maroc

9 juillet 2022 - 09h00 - Economie - Ecrit par : A.T

Le Maroc n’exploite pas totalement sa capacité fiscale, selon le Fonds monétaire international, qui estime que la part des recettes fiscales dans le produit intérieur brut (PIB) du pays demeure relativement faible.

Le royaume doit revoir sa politique fiscale, pour améliorer sa croissance économique, a indiqué l’institution de l’ONU. Dans une étude portant sur la capacité de mobilisation des recettes fiscales au Maroc, elle a relevé que le pays peut mobiliser des recettes fiscales supplémentaires. Les résultats montrent que le niveau des recettes fiscales est relativement bas, en comparaison avec la capacité fiscale dont il dispose. Le Maroc dispose suffisamment de marge de manœuvre pour collecter des recettes fiscales additionnelles, a-t-elle estimé.

Selon les chiffres, la différence entre la perception effective et potentielle des impôts représente environ 12 % du PIB (hors pétrole et gaz). Le ratio recettes fiscales/PIB atteint, en effet, 21,6 % alors que le potentiel se situe à 33,8 % du PIB, a indiqué le FMI, soulignant que le constat est le même dans toute la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA). La moyenne de l’effort fiscal au Maroc est estimée à 0,6.

A lire : Maroc : la baisse des recettes fiscales met les communes en difficulté

Toutefois, ont précisé les experts, le royaume a accompli des progrès notables en termes d’élargissement de l’assiette fiscale ou sont en passe de le faire. Cependant, des réformes du système fiscal doivent être opérées, pour espérer une croissance inclusive.

Dans ce cadre, le FMI a formulé plusieurs recommandations, dont la refonte de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de la taxe sur la valeur ajoutée, ainsi que le développement des taxes foncières, qui pourraient stimuler le recouvrement, rendre les systèmes plus progressifs et favoriser l’inclusion. De même, les réformes visant à réduire l’informalité et à promouvoir la diversification économique pourraient soutenir la mobilisation des recettes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : FMI - PIB - Impôts

Aller plus loin

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet...

Le Maroc met en œuvre une réforme fiscale en 2022

À compter de 2022, le Maroc va entamer une refonte de son système fiscal, qui lui permettra de mobiliser les ressources pour financer les politiques publiques et renforcer...

Maroc : des incitations fiscales pour attirer les compagnies pétrolières

Le Maroc a mis en place une série d’avantages et d’incitations fiscales pour attirer les compagnies pétrolières dont l’expertise est essentielle pour l’exploration du pétrole...

Le Maroc va recourir au FMI pour renforcer ses réserves de change

Face à la détérioration de sa position extérieure, le Maroc sollicitera le soutien du Fonds monétaire international (FMI) pour renforcer ses réserves de change, selon Fitch...

Ces articles devraient vous intéresser :

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.

Maroc : la croissance économique s’accélère

Le Maroc a enregistré une croissance économique de 4,1 % au quatrième trimestre 2023, contre 0,7 % au cours de la même période de 2022, révèle le Haut-commissariat au plan (HCP).

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.

Les banques marocaines se disent asphyxiées par les taxes

Afin d’élargir l’assiette fiscale, le gouvernement envisage de prendre de nouvelles mesures vis-à-vis des entreprises du secteur financier. Ainsi, à partir de 2026, les banques doivent supporter un taux de 40% sur leurs bénéfices et payer 5%...

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Maroc : statut auto-entrepreneur ou fraude fiscale ?

Les auto-entrepreneurs, statut lancé en 2015, sont peu nombreux à déclarer leurs chiffres d’affaires à la Direction des impôts. Une situation qui préoccupe les patrons marocains et à laquelle pourrait remédier le Projet de loi de finance (PLF) 2023.

Traque aux fraudeurs : les influenceurs marocains dans le collimateur du fisc

La direction générale des impôts (DGI) vient d’adresser une mise en demeure aux influenceurs possédant des biens ou recevant de l’argent de l’étranger, les invitant à les déclarer et à payer l’impôt correspondant.

MRE et l’OCDE : l’heure de la renégociation fiscale

Le gouvernement marocain affirme vouloir préserver les intérêts des six millions de Marocains résidant à l’étranger (MRE). Il entend engager dans les prochains jours des négociations avec l’OCDE pour revoir les conventions relatives à l’échange des...

Maroc : une croissance presque nulle en 2022

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour le Maroc. Cette année, elle ressort à 0,8 % et devrait passer à 3,6 % en 2023, puis rebondir à 3,4 en 2024.

Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3), l’Égypte (D4) et l’Algérie (C3). C’est ce que révèle la nouvelle carte...