Ridouan Taghi, le "parrain" de la Mocro Maffia, fait appel de sa condamnation à perpétuité

13 mars 2024 - 00h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Ridouan Taghi, le trafiquant de drogue néerlandais d’origine marocaine considéré comme le cerveau de la « Mocro Maffia », une organisation criminelle active aux Pays-Bas et en Belgique, a fait appel de sa condamnation à la prison à perpétuité.

L’avocat Michael Ruperti a annoncé que son client Ridouan Taghi, 46 ans, a fait appel de sa condamnation à la prison à perpétuité, confirmant une information de NU.nl. La semaine dernière, le juge a déclaré que Taghi était le leader « unique et incontesté » d’une organisation criminelle impliquée dans une violence « impitoyable et déstabilisatrice », avant de lui infliger cette peine maximale dans le vaste procès de liquidations « Marengo ». Le président a jugé « révélateur » qu’aucun des proches ou des victimes n’ait souhaité utiliser son droit de parole pendant le procès. « Cela montre la peur provoquée par la violence impitoyable de l’organisation de Ridouan Taghi », a-t-il ajouté.

À lire :La condamnation de Ridouan Taghi ne signifie pas la fin de la Mocro Maffia

Le chef présumé de la Mocro maffia a été condamné notamment pour cinq assassinats et deux tentatives d’assassinat. Deux coaccusés, Saïd Razzouki et Mario R. ont, eux aussi, écopé de la même peine. Il n’est pas exclu que Razzouki fasse, lui aussi, appel de sa condamnation. Situation atténuante pour Achraf B., Mohamed R. et Mao R. qui ont été condamnés respectivement à 29 ans et 2 mois, 27 ans, et 15 ans et 8 mois. Une peine à vie avait été requise contre eux. Des peines réduites ont été également accordées à tous les accusés condamnés à une peine de prison avec sursis, le verdict ayant été rendu presque six ans après le début du procès « Marengo ». En tout, dix-sept prévenus ont été condamnés dans le cadre de ce procès hors norme.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Pays-Bas - Criminalité - Mocro Maffia - Ridouan Taghi

Aller plus loin

Mocro Maffia : Inez Weski, avocate de Ridouan Taghi, sort de prison

Inez Weski, ancienne avocate de Ridouan Taghi, l’un des chefs de la mafia marocaine aux Pays-Bas (Mocro maffia), a été libérée après un mois et demi de détention. Sa libération...

Mocro-Maffia : Dubaï dément avoir maltraité Ridouan Taghi avant son extradition

Les nouveaux avocats de Ridouan Taghi, présumé chef de la Mocro maffia, par ailleurs principal suspect dans l’affaire Marengo demandent des éclaircissements sur une possible...

La condamnation de Ridouan Taghi ne signifie pas la fin de la Mocro Maffia

Le verdict est tombé en début de semaine : Ridouan Taghi, figure redoutée du narcotrafic européen, a été condamné à la prison à vie par un tribunal néerlandais. Cette décision...

Mocro Maffia : nouvel avocat pour Ridouan Taghi

L’avocat Michael Ruperti prend la défense de Ridouan Taghi, soupçonné d’être à la tête de la Mocro Maffia et personnage central du procès Marengo. Il remplace Inez Weski,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.