Pour des députés français, le risque d’un conflit entre le Maroc et l’Algérie est « limité »

22 février 2022 - 16h00 - France - Ecrit par : S.A

Des députés français estiment que le risque d’un conflit entre le Maroc et l’Algérie est « limité », selon un rapport qui vient d’être publié.

L’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc le 24 août 2021 et a d’ailleurs menacé de prendre d’autres mesures contre son voisin. Dès lors, bon nombre de pays nourrissent des inquiétudes quant au risque d’une guerre entre les deux pays. « Les deux pays sont des partenaires importants de l’UE et ont un rôle clé à jouer dans la stabilité et la prospérité de toute la région du Maghreb. À cette fin, l’UE saisit toutes les opportunités pour favoriser l’apaisement des tensions dans l’intérêt régional du Maghreb, de la Méditerranée et au-delà », avait indiqué Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne.

À lire : « Les États-Unis prennent très au sérieux la confrontation entre le Maroc et l’Algérie »

Dans un rapport publié le 17 février, la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale française assure que le risque de conflit est “limité” entre les deux voisins du Maghreb, rapporte Jeune Afrique. « Le risque d’une transformation des hostilités au Sahara occidental en un conflit conventionnel entre acteurs étatiques apparaît limité à ce stade. En novembre 2021, le bombardement — attribué par l’Algérie au Maroc — de camions transitant à l’Est du Sahara occidental et ayant causé la mort de trois Algériens n’a ainsi, fort heureusement, pas été suivi d’une escalade militaire entre les deux pays », estiment les députés Philippe Michel-Kleisbauer (Modem) et Jean-Jacques Ferrara (Les Républicains), tous deux auteurs du rapport.

À lire : L’Europe préoccupée par le risque de guerre entre le Maroc et l’Algérie

L’un des points de friction entre Rabat et Alger demeure le Sahara. Sur cette question, ces élus français parlent d’un « conflit gelé » et évoquent une « absence de solution politique ». Selon eux, cette « absence de solution politique » serait principalement liée à l’impossibilité de parvenir à un consensus sur l’autonomie de la population sahraouie. En 2007, Rabat avait présenté un plan d’autonomie jugé « sérieux et crédible » par Paris et Washington. Mais Alger et son protégé, le Polisario persistent à affirmer que l’organisation d’un référendum d’autodétermination est la seule solution envisageable pour le règlement de cette question.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Algérie

Aller plus loin

L’Europe préoccupée par le risque de guerre entre le Maroc et l’Algérie

Les tensions entre le Maroc et l’Algérie préoccupent l’Union européenne. Cette dernière se dit d’ailleurs prête à aider l’ONU dans le règlement du conflit au Sahara, un des...

Maroc : une nouvelle zone militaire pour contrer les velléités de l’Algérie

En crise avec l’Algérie, le Maroc s’est doté d’une zone militaire Est qui sera dirigée par le général de division Mohamed Miqdad. Une première.

Le Maroc dominerait l’Algérie en cas de conflit armé

Le Maroc aurait l’avantage sur l’Algérie en cas de conflit armé entre les deux pays, révèle un récent rapport de la Fondation méditerranéenne d’études stratégiques (FMES)...

Possible guerre entre le Maroc et l’Algérie : Ramtane Lamamra répond

Ramtane Lamamra, ministre algérien des Affaires étrangères, réagit à un risque de guerre entre l’Algérie et le Maroc. Il assure que son pays ne fera pas le premier pas.

Ces articles devraient vous intéresser :