Un élu français : « Dès que l’on parle de l’Islam, notre pays devient fou »

26 janvier 2022 - 23h20 - France - Ecrit par : S.A

Guillaume Delbar, maire de Roubaix, a réagi au reportage de M6 consacré à l’action des pouvoirs publics face à l’islam radical tourné en grande partie dans sa ville. Un reportage diffusé dans l’émission « Zone Interdite » dimanche dernier.

Dans ce reportage de Zone Interdite, Amine Elbahi, juriste roubaisien de 25 ans, s’inquiète d’un « communautarisme […] qui nourrit d’une certaine façon l’islamisme radical » dans sa ville. Des propos qui ont fait réagir le maire de Roubaix. « Dans ce moment où l’invective est plus entendue que la nuance, le ‘Roubaix bashing’ continue, au détriment de ses habitants et de ceux qui agissent sur le terrain », déplore Guillaume Delbar dans un communiqué, assurant que qu’il s’évertue à « construire des ponts plutôt que des murs » entre les habitants. « Roubaix n’est pas une ville facile – 100 000 habitants aux 97 nationalités depuis 2014-, mais elle est riche de toutes ses différences ». Mais « depuis quelques années et plus encore depuis ces dernières semaines crispées sur le thème de l’Immigration, j’ai l’impression dès que l’on parle de l’Islam, notre pays devient fou », fait-il remarquer.

À lire : Eric Zemmour : « Je ne veux pas changer l’islam »

L’édile de Roubaix est aussi mis en cause dans le reportage pour avoir octroyé des financements à l’association de soutien « Ambitions et initiatives pour la réussite » (AAIR), accusée de prosélytisme islamique. « Je l’avoue : j’ai […] soutenu une association qui venait de faire scission avec une mosquée devenue salafiste », reconnait Guillaume Delbar, qui justifie son action par le fait que cette association « développait un programme formidable d’aide à la réussite scolaire pour les enfants roubaisiens ». « Cette association a été soutenue de manière unanime par les collectivités durant des années […] Je peux avoir été trompé, j’ai pu me tromper. Mais le débat ne doit pas être manipulé par ceux qui voient des séparatistes partout », ajoute-t-il.

L’élu a par ailleurs dénoncé des “amalgames” entre « musulmans, islam, islamiste et terrorisme, repris par des populistes (et) qui font naître des sentiments de haine dans un pays inquiet. » Son vœu, dira-t-il, c’est que la France « retrouve les valeurs de tolérance et de respect de l’autre ».

Sujets associés : France - Religion - Roubaix - Islam

Aller plus loin

Najat Vallaud-Belkacem : « La laïcité n’est convoquée que pour exclure l’islam »

L’ancienne ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem estime que la « laïcité n’est convoquée régulièrement que pour exclure l’islam ». Elle dénonce les «...

De la stigmatisation à la mobilisation : le combat contre l’islamophobie à Roubaix

Constituée d’une forte population immigrée, la communauté musulmane de Roubaix est souvent victime de discriminations et d’islamophobie. Une situation vécue par les habitants...

Geert Wilders attaque à nouveau l’islam

Le leader du parti d’extrême droite Geert Wilder s’attaque une fois de plus à l’islam et aux musulmans qui vivent actuellement le mois de ramadan. Il appelle à arrêter...

Un journaliste israélien s’attire les foudres des internautes avec un reportage à la Mecque

Vague d’indignation après la diffusion à la télé d’un reportage réalisé à la Mecque par un journaliste juif israélien. Les internautes arabes ne comprennent pas comment un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les confidences de Gad Elmaleh sur sa rencontre avec le pape François

L’humoriste marocain Gad Elmaleh s’est confié après sa rencontre avec le pape François, au Vatican le 23 décembre, à qui il a présenté son film « Reste un peu », sorti en France le 16 novembre et dont le scénario repose sur son cheminement spirituel...

Stains : polémique autour d’une rue rebaptisée au nom de la femme du prophète Mohammad

À Stains (Seine-Saint-Denis), une plaque au nom de la femme du prophète Mohammad, posée au-dessus du panneau indiquant la rue de Pontoise en septembre 2022 est vue d’un mauvais œil sur les réseaux sociaux.

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Le Maroc inaugure la première synagogue universitaire du monde arabe

L’Université polytechnique Mohammed VI (UM6P) a inauguré une synagogue universitaire, une première au Maroc et dans le monde arabe. Le lieu de culte, situé à côté de sa nouvelle mosquée, reflète la coexistence des religions au Maroc.

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.

Officiel : l’Aid Al Fitr en Belgique ce vendredi

L’aïd al fitr sera célébré ce vendredi 21 avril 2023 en Belgique, vient d’annoncer l’Exécutif des Musulmans de Belgique. Voici le communiqué complet :

Chaâbane débute ce dimanche, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1445 de l’hégire correspond au dimanche 11 février 2024, a annoncé samedi le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

Gad Elmaleh évoque « le modèle marocain de fraternité judéo-musulmane »

À l’occasion de la sortie de son film « Reste un peu » qui sort le 16 novembre, l’humoriste marocain Gad Elmaleh revient sur la richesse spirituelle du Maroc, « une terre de fraternité judéo-musulmane » dont le modèle n’existe « nulle part ailleurs ».

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.