S’ils ne sont pas contents, qu’ils retournent d’où ils viennent »">  S’ils ne sont pas contents, qu’ils retournent d’où ils viennent »">
Recherche

Un Sénateur français : « S’ils ne sont pas contents, qu’ils retournent d’où ils viennent »

© Copyright : DR

31 octobre 2019 - 15h40 - Monde

En plein débat, le mardi 29 octobre, au Sénat, sur la proposition de loi LR visant à interdire le port de signes religieux aux parents accompagnateurs lors des sorties scolaires, le Sénateur de Moselle, Jean-Louis Masson, n’a pas hésité à comparer les mères voilées à des « sorcières de Halloween ». La polémique enfle, les internautes se déchaînent.

"Est-ce qu’il est normal que votre enfant, vos petits-enfants, qui ne sont pas habitués à côtoyer de l’obscurantisme voilé, soient encerclés lors des déplacements par des femmes voilées qui font du communautarisme ?", se lâche Jean-Louis Masson, Sénateur non-inscrit.

"On pleure misère sur la mère de famille. Elle n’avait qu’à pas mettre son voile et puis le problème était réglé", a déclaré Jean-Louis Masson, faisant ainsi allusion à la femme voilée agressée par Julien Odoul, l’élu RN, au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, le 11 octobre.

Il enfonce le clou : "On pourrait entourer [les enfants] par n’importe quoi. [...] On pourrait faire Halloween aussi. On va sortir des sorcières de Halloween pour les voyages scolaires". "On a quand même le droit d’avoir des enfants qui ne sont pas pollués par le prosélytisme communautariste.... S’ils ne sont pas contents, qu’ils retournent d’où ils viennent", a conclu le Sénateur de Moselle.

Cette déclaration a choqué bon nombre de ses collègues, dont Moselle Ludovic Mendes, député LREM. Celui-ci a publié les déclarations de Jean-Louis Masson sur Twitter. « Comment un élu de la République peut-il tenir des propos aussi violents à l’encontre de nos concitoyens ? », s’est-il indigné.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact