Alain Joyandet : « le Maroc est la solution pour la stabilité du Sahara »

10 février 2021 - 12h30 - Espagne - Ecrit par : G.A

Alain Joyandet, le sénateur de la Haute Saône et ancien secrétaire d’État à la coopération pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy s’est invité dans le débat sur l’avenir du Sahara. Selon lui, à l’étape actuelle des choses, seul le Maroc apportera la stabilité dont le Sahara Occidental a besoin.

Dans une réflexion, le sénateur a indiqué qu’il est important de saisir les opportunités, en ce sens qu’elles sont parfois uniques. Pour lui, le moment est propice pour régler la question du Sahara Occidental, afin que ce vaste territoire cesse d’être « balloté au gré des conflits et des accords diplomatiques ». Pour le sénateur, plusieurs actions ont été menées sans apporter la solution adéquate. Il cite entre autres, les négociations organisées à Genève en novembre 2018, et qui n’ont malheureusement pas abouti. Il y a eu la Marche Verte d’Hassan II en 1975. Il faut également compter la proclamation par le Polisario de la République Arabe Sahraouie Démocratique en 1976.

Alain Joyandet pense qu’avec l’Algérie, soutien du Polisario, l’Espagne qui a perdu tout droit de revendiquer le territoire après l’avoir abandonné, la Mauritanie qui préfère entretenir la stabilité qu’elle a finie par retrouver, seul le Maroc est resté. Ces dernières années, le Royaume a montré de par ses actes qu’il tient au règlement du conflit et à un retour à la stabilité. C’est en cela que la décision de Donald Trump de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara et d’installer une antenne consulaire à Dakhla n’a pas déclenché de contestations internationales majeures. C’est la preuve que le moment est peut-être favorable pour un règlement définitif du conflit.

Alain Joyandet invite la France à ne pas rester en marge de cette évolution dans le Nord de l’Afrique, surtout qu’elle n’a pas condamné la décision prise par Donald Trump. Selon l’ancien secrétaire d’État à la coopération, l’avenir de l’Europe dépend tellement de la stabilité en Afrique et de cette région, tout particulièrement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Espagne - États-Unis - Sahara Occidental - République Arabe Sahraouie démocratique (RASD)

Aller plus loin

Un député français demande l’ouverture d’un consulat de France à Dakhla

M’jid el Guerrab, député du groupe Agir ensemble (Majorité présidentielle), plaide pour l’ouverture d’un consulat de France à Dakhla. Cela facilitera aux ressortissants français...

Le parlement français salue la stabilité au Maroc

« Le Maroc représente un pôle de stabilité politique dans la région », selon le parlement français.

L’Europe doit soutenir la marocanité du Sahara

Louis Michel, ministre d’État et Jacques Brotchi, président honoraire du Sénat de Belgique, abordent la question du devenir du Sahara occidental sous la souveraineté du Maroc....

Joe Biden se félicite de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara

Le nouveau président des États-Unis, Joe Biden se serait félicité de la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental et de la normalisation des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.