Réaction de Sihame El Kaouakibi suite à la fin de la collaboration d’Anvers avec son ASBL

27 avril 2021 - 16h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

La députée Sihame El Kaouakibi a réagi à la décision du collège des bourgmestres et échevins de mettre fin à la collaboration avec son célèbre asbl de danse «  Let’s Go Urban Academy  » soupçonnée de malversations financières.

La convention actuelle est résiliée avec effet immédiat et la reconnaissance de l’association à but non lucratif comme partenaire professionnel d’animation socio-éducative est retirée. Telle est la décision prise par le collège des bourgmestres et échevins lundi 26 avril. Aussi, a-t-il décidé de se constituer partie civile dans le cadre de l’enquête judiciaire. Ces décisions ont été prises après que l’asbl anversoise de danse Let’s Go Urban de la députée Sihame El Kaouakibi est soupçonnée d’irrégularités financières.

L’élue a réagi à ces décisions. « J’ai perdu la flamme et j’accepte les décisions qui seront prises », a-t-elle déclaré. Elle regrette de n’avoir pas eu « une chance équitable » de se défendre. « Notre demande de report justifiée a été rejetée, ainsi que notre demande de consultation du rapport et des documents auxquels des réponses m’ont été demandées », a-t-elle souligné. « Comment répondez-vous aux questions que vous ne voyez pas ? On m’a refusé l’accès à la comptabilité et même aux disques durs externes. Cela rend la coopération pour résoudre les problèmes impossible et insensée », s’interroge l’entrepreneuse sociale.

Sihame El Kaouakibi regrette aussi que l’aventure de « Let’s Go Urban », « un mouvement où différentes générations de jeunes Anversois ont trouvé du soutien » prenne fin. « Je voulais tellement garder la lumière, pour qu’elle puisse continuer à briller sur les jeunes Anversois qui commencent leur avenir ici chaque jour, qui y ont trouvé un foyer, qui y ont trouvé leur passion », dit-elle. « Depuis quelques mois, la ville a gardé le doigt sur l’interrupteur. Aujourd’hui, elle l’enclenche et éteint la lumière pour de bon. Fatiguée, impuissante et triste, je claque la porte », ajoute, dépitée, la députée flamande.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Fraude - Sihame El Kaouakibi

Aller plus loin

Belgique : victime de racisme et de sexisme, la députée Sihame El Kaouakibi crie son ras-le-bol

Fatiguée d’être la victime de réactions racistes et sexistes, une élue a décidé de rompre le silence pour se faire entendre. Dans une vidéo postée sur Twitter, la députée...

Un rapport accablant pour Sihame El Kaouakibi

Le rapport de l’inspection flamande des finances sur les subventions accordées au cours des dernières années aux organisations à but non lucratif notamment la célèbre asbl de...

Vers l’exclusion de Sihame El Kaouakibi de l’Open Vld ?

La députée flamande Sihame El Kaouakibi se retrouve au cœur de la tourmente après que son célèbre asbl anversoise de danse Let’s Go Urban est soupçonnée de malversations...

La députée Sihame El Kaouakibi suspendue pour six mois de l’Open VLD

La commission statutaire de l’Open Vld, parti belge d’inspiration libérale a suspendu depuis le 16 février, et ce, pour une période de 6 mois, la députée flamande Sihame El...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : l’Etat veut vous obliger à payer les taxes

L’administration des impôts a mis en place une nouvelle mesure pour lutter contre la fraude fiscale dans l’immobilier.

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

Maroc : comment des consultants échappent à l’impôt

Au Maroc, des ingénieurs et autres consultants en informatique ont trouvé la formule pour échapper au fisc. Ils proposent de manière informelle leurs services aux grandes entreprises qui les paient via des intermédiaires.

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.