Sous un soleil de plomb, le combat des vignobles marocains

28 octobre 2023 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Face au défi du réchauffement climatique qui sévit au Maroc, les vignerons rivalisent d’ingéniosité pour protéger leurs vignobles. Ces gardiens du raisin, confrontés aux assauts du chergui, ce vent saharien, expérimentent de nouvelles techniques pour préserver leurs précieuses vignes.

Le domaine de la Zouina, piloté par Christophe Gribelin et conseillé par Vincent Hudon, est un exemple de cette lutte, avec ses innovations en viticulture sur les versants de l’Atlas. Mais le combat est ardu, les conditions climatiques ayant évolué au point de renforcer les phénomènes extrêmes comme la grêle, auparavant plus cléments, rapporte le site spécialisé vitisphere.com.

A lire : Des viticulteurs français s’intéressent au marché marocain

L’irrigation goutte à goutte est une pratique répandue dans les vignobles marocains, un legs indispensable face à la rigueur du climat. Mais ce n’est pas tout. Pour contrecarrer les effets dévastateurs du chergui, Gribelin a érigé des haies protectrices autour de ses vignes. Mais ces remparts verts luttent eux-mêmes pour leur survie, leurs besoins hydriques rivalisant avec ceux des vignes qu’ils sont censés protéger.

Les couverts végétaux, une autre stratégie adoptée, présentent à la fois promesses et défis. En semant de l’orge et de la féverole entre les rangs, Gribelin cherche à protéger le sol, bien que cette technique ait parfois des conséquences inattendues, comme la réverbération des rayons solaires, préjudiciable aux grappes. Face à un avenir incertain, l’idée de replanter à des altitudes plus élevées fait son chemin, avec une préférence pour des variétés résistant mieux à la sécheresse, comme la syrah, le carignan et, de manière surprenante, le chardonnay.

A lire : Le vin marocain cartonne à l’international

Plus loin au sud, le tableau est encore plus sombre. Charles Mélia, fondateur du domaine du Val d’Argan, endure des conditions de plus en plus extrêmes, avec une pluviométrie qui a chuté dramatiquement et des températures atteignant des sommets. Innovant, il cultive ses vignes à ras du sol et expérimente des associations de plantes pour offrir de l’ombre aux raisins. Malgré ces efforts, la sécheresse fait rage, tarissant les puits et réduisant drastiquement sa récolte, le poussant à diversifier son activité vers l’œnotourisme.

Cependant, dans cette atmosphère presque apocalyptique, l’ingéniosité humaine brille. Mamoun Belcaid, exploitant à Nzalat Laadam, a déployé des filets d’ombrage sur ses vignes, une initiative qui non seulement protège les plants, mais réduit également leur consommation d’eau. Malgré des températures avoisinant les 50 °C, sa récolte n’a pas fléchi. Mais au-delà de ces victoires individuelles, le chergui reste un adversaire formidable, réduisant les rendements de manière spectaculaire et rappelant aux vignerons leur combat quasi quotidien.

Sujets associés : Agriculture - Météo Maroc - Alcool

Aller plus loin

Des viticulteurs français s’intéressent au marché marocain

L’association des vignerons, le Cellier des demoiselles, situé Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, dans les Corbières, a commencé à exporter ses produits au Maroc, après la reprise...

Viticulture : 200 millions de dirhams par an pour l’exportation par le Maroc

La production totale moyenne de raisin par le Maroc s’établit à 357.000 tonnes par an et génère quelque 200 millions de dirhams, indique un point détaillé du Ministre de...

Le Maroc deuxième exportateur de vin en Afrique

Le Maroc est le deuxième plus gros exportateur de vin du continent africain après l’Afrique du Sud, d’après l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).

Le vin marocain cartonne à l’international

Le vin marocain pourrait devenir dans les prochaines années un sérieux concurrent pour les producteurs historiques comme la France ou encore l’Italie.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Le Maroc pourrait importer 5 millions de tonnes de céréales cette année

Le Maroc pourrait importer jusqu’à 5 millions de tonnes de céréales cette saison 2022-2023. Le royaume poursuit sa stratégie de diversification des sources d’approvisionnement dans un contexte climatique tendu.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Fruits et légumes : pourquoi les prix s’envolent au Maroc ?

Les prix des légumes et des fruits ont connu une augmentation dans quasiment tous les marchés au Maroc, à l’instar d’autres denrées alimentaires. Comment expliquer une telle hausse ?